• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Les principaux Anges en Islam
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons
  • Le Coran : Miracle Ultime (Partie I)
  • Témoignage convertis
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  

    "Israël n'a pas bougé sur les frontières"

    RAMALLAH/JERUSALEM (Reuters) - Le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu a exposé pour la première fois aux Palestiniens ses idées sur les frontières d'un futur Etat palestinien et sur la sécurité mais ceux-ci ont dit n'y déceler aucune évolution intéressante.

    Plusieurs responsables palestiniens ont estimé que l'exposé verbal fait par le négociateur israélien Yitzhak Molcho lors d'une rencontre mercredi n'était pas viable, car il préserverait en l'état la majeure partie des colonies de peuplement juif.

    "Il a sabordé une solution à deux Etats et ignoré les accords passés tout comme le droit international", a estimé un responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). "Pour l'essentiel, la conception israélienne d'un Etat palestinien consiste en un mur et en des colonies."

    C'est la première fois que le gouvernement Netanyahu, en place depuis trois ans, aborde la question des frontières avec l'Autorité palestinienne.

    Selon un responsable israélien, la présentation faite mercredi dernier s'inscrit dans le cadre du dialogue fixé par le quartet des médiateurs pour le Proche-Orient, composé des Etats-Unis, de la Russie, des Nations unies et de l'Union européenne.

    L'objectif de ce dialogue était de faire en sorte que les questions fondamentales que sont les frontières et la sécurité soient mises à plat à la date du 26 janvier, afin de relancer les négociations directes israélo-palestiniennes dans le but de trouver un accord-cadre d'ici la fin de l'année.

    Après cinq séances de discussions en Jordanie, aucune nouvelle rencontre n'est prévue désormais, dit-on de source palestinienne. Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dit vouloir maintenant consulter ses partenaires de la Ligue arabe sur la marche à suivre.

    La délégation conduite par Yitzhak Molcho a donné à entendre que toute solution permettant l'avènement d'un Etat palestinien devrait "préserver le tissu socio-économique de toutes les communautés, juive ou palestinienne", a-t-on dit de source palestinienne.

    RIEN DE NEUF

    La proposition exposée par Molcho "n'englobe pas Jérusalem pas plus que la vallée du Jourdain, et inclut presque toutes les implantations (juives)", a-t-on ajouté de même source, en précisant qu'aucune carte n'avait été présentée lors de la rencontre de mercredi.

    La bande de Gaza est contrôlée depuis 2007 par le mouvement intégriste du Hamas, qui rejette tout règlement de paix définitif avec Israël, Etat qu'il refuse de reconnaître. Politiquement comme géographiquement, ce territoire côtier est coupé de la Cisjordanie, administrée par l'Autorité palestinienne et toujours occupée par Israël.

    La vision israélienne d'un compromis territorial en Cisjordanie est définie par le principe voulant que "la majeure partie des Israéliens seront placés sous souveraineté israélienne et, manifestement, la majeure partie des Palestiniens seront sous souveraineté palestinienne", a expliqué un responsable israélien.

    Benjamin Netanyahu, a déclaré cet Israélien, a reconnu dans un discours devant le Congrès américain que toutes les implantations juives ne seraient pas du côté israélien de la frontière avec un Etat palestinien.

    "Nous pensons qu'il est très important que ces discussions se poursuivent. Elles n'en sont qu'au stade préliminaire mais elles ont un certain potentiel et il est clair qu'en moins d'un mois, il n'aurait pas été logique de parler de réel progrès", a analysé ce responsable.

    "Cependant, à plusieurs égards, les discussions progressent mieux que prévu, et il serait vraiment dommage de mettre fin prématurément à ce processus", a-t-il ajouté.

    Les Palestiniens contestent pareil constat. "Les Israéliens n'ont rien présenté de nouveau durant ces rencontres", a dit un responsable de l'Autorité autonome au fait des discussions.

    Les négociations de paix directes ont pris fin à l'automne 2010 en raison du refus d'Israël de prolonger le gel des constructions de logements en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est.

    Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser

    A Lire également :

    Fin du Ramadan 2021 : l'Aïd al-Fitr acté pour jeudi 13 mai en France

    Le Ramadan 2021 débute le Mardi 13 Avril

    La CPI ouvre une enquête sur des crimes présumés dans les territoires palestiniens

    Israël : la Cour pénale internationale se dit compétente dans les territoires palestiniens

    Les Etats-Unis accusent la Chine de commettre un « génocide » contre les Ouïgours, Pékin dénonce des

     

    Tout les articles

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 5889291
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC