• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Le sens de la Chahada en Islam
  • Les prières quotidiennes
  • Témoignage convertis
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • Les principaux Anges en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    Abu'l Hassan a-sh Shadhili (1197, Maroc – 1258, Egypte)

    Son maître spirituel n’est autre qu’Abdeslam Ben Mchich Alami (5). Après avoir suivi les enseignements de ce dernier, Abu'l Hassan sera le fondateur de l’ordre des Shadilites « Tariqa ash Shadhiliya » à Tunis, qui porte aujourd’hui son nom.

    Parmi ses disciples, l’on compte de nombreux mystiques connus du Maghreb tel : Sidi Mohammed El Chérif, Sidi Ali El Hattab ou encore Saïda Aïcha Manoubia, considérée comme une Sainte en Tunisie. Obligé de se retirer en Egypte, l’imam a-sh Shadhili continuera à enseigner ses préceptes à Alexandrie et au Caire.

    La tariqa Shadiliya accorde une grande importance à la contemplation et à la gratitude envers Dieu. Elle se distingue des autres par le libre choix laissé à ses fidèles d’exercer des fonctions profanes au sein de la société, toute en restant totalement dévoués à leur foi intérieure. On raconte qu’Abu'l Hassan refusait d’enseigner à des disciples venus suivre ses enseignements avant que ces derniers n’acquièrent une profession.

    On rapporte également que l’Imam Shadili était un fervent adepte du « juste milieu », dans la mesure qu’il considérait que l’homme devait réaliser l’équilibre entre sa vie spirituelle et matérielle comme le fit le prophète Muhammad (PBSL) que la Tradition consacre comme étant l’homme parfait « Al Insan Al Kamil ».

    Voici d'ailleurs une citation qui montre à quel point cet homme fut doté par Dieu d'une haute spiritualité :

    « Une nuit je vis en rêve le Prophète (ssp). Il me dit : "Ô Ali, purifie ton habit de ses impuretés et tu obtiendras le soutien divin à chacun de tes souffles." Je lui dis : "Quel est cet habit, Ô envoyé de Dieu ? Dieu, me répondit-il, t'a revêtu des parures de la foi, de la connaissance, de l'amour et de la reconnaissance de l'unicité divine. C'est alors que je compris le sens du verset : "Et tes habits, purifie les" (Coran 74, 4). »

    Abdeslam Ben Mchich Alami (1196, Ghumara Maroc – 1258, Humaithra Mer Rouge).

    Considéré aussi comme un Saint parmi les Soufis, on raconte qu’il connaissait déjà par coeur, dès son jeune âge, 7 versions phonétiques différentes pour réciter le Coran. Ses connaissances en matière de sciences religieuses lui ont été prodiguées par Al-hajj Ahmad sit Aqatrân, considéré comme un grand théologien de son époque.

    L'histoire retiendra Ben Mchich Alami surtout pour son assassinat, qui fut l'objet de la folie d' Ibn Abî al-Taouâjin, alors gouverneur du sultan Yahya al-Mutasim. Ce dernier se croyait en effet d’épiphanie divine et voyait en Abdeslam un ennemi, du fait de son apparente sainteté, ceci couplé au fait qu'Al-Taouâjin aurait conclu dans ses fausses prédictions que sa mort serait due à un saint. Abdeslam Ben Mchich Alami fut donc assassiné, non loin de la rivière où il pratiquait ses ablutions.

    Abdeslam Ben Mchich Alami est connu également pour ses recueils traitant de la religion et de la vie politique de son époque, et aussi pour ses textes élogieux sur le prophète Muhammad (PBSL), qui gardèrent leur importance quelques 500 ans plus tard, et furent commentés ensuite par Ahmad ibn ‘Ajiba.

    Deux citations célèbres de ce mystique soufi :

    « Noie-moi, immerge-moi dans l'océan de l'Unité, jusqu'à ce que je ne voie, n'entende, ne sente, ne touche que par Elle. »

    « Celui qui a trouvé dieu qu'a-t-il perdu ? et celui qui a trouvé autre chose que dieu, qu'a-t-il trouvé ? »

     

    (5) Considéré unanimement comme un saint de l’Islam « Wal’i Allah » par la plupart des confréries soufies.
    (6) [1747-1809 à al-Khamis (Maroc)], il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages religieux et de poèmes, il réalise également un commentaire du Coran et de Hadiths, des recueils de théologie et de soufisme.

     

    Page Précédente                Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5            Page Suivante

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 6351126
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC