• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Témoignage convertis
  • Les principaux Anges en Islam
  • Démarche conversion
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    Le "Qâf" de trop :

    Avant d’accuser encore les exemples précédents d’être « vulgaires coïncidences » ou même de d'attribuer une nouvelle fois la paternité du Coran à Muhammad (PBSL), regardont plus attentivement les sourates 42 et 50.

    Il est important de rappeler que Muhammad ne s’est jamais rétracté après avoir prononcé les paroles qui furent ensuite consignées dans le Coran. Imaginons qu’il fut satisfait des 57 Q dans la sourate 42, mais qu’en construisant la deuxième (la sourate 50, Qâf), il se rende compte qu’il possède 58 Q, soit un de trop !

    Il faudrait donc :
    - ajouter de nouveaux versets pour obtenir 18 Q supplémentaires.
    - supprimer un Q, la solution la plus simple, mais lequel ? Pas le premier qui sert d’initial, car sans lui tout le système d’ordonnancement mathématique basé sur le chiffre 19 serait brisé !

    Le premier verset de la sourate Qâf contenant un Q, est le verset 1 « Par l’auguste Coran ». « El Qoran », ce mot peut également être remplacé par des synonymes comme « El-Kitab », « El-Fourquan », « El-Bourban », « El-Dhikr », « Ettenzil », cela n’aurait pas changé le sens du verset, et nous aurions notre Q en moins.

    C’est au niveau du verset 13, que le lecteur rencontre le plus grand nombre de Q, soit 5.

    12. Avant eux ont démenti le peuple de Noé, et ceux de Rass et de Thamûd
    13. et ceux de Ad, et de Pharaon, et les frères (Ikhwanou) de Loth
    14. et ceux de la Brousse, et le peuple des Tubba : tous ont démenti mes Envoyés, sur tous s’avéra Ma menace.

    Ici nous pouvons compter 4 Qâf. 4 ? Mais alors pourquoi parler de cinq Qâf.

    Tous simplement par le fait que l’expression utilisée ici par l’auteur, à savoir « Les frères de Loth / Ikhwanou Loût » ne contient pas de Q. Or, partout ailleurs dans le Livre, on peut voir employer l’expression « Le peuple de Loth / Qawmou Loût » (ici il y a donc présence d’un Q).

    Comment expliquer que l’auteur, habitué a utiliser cette expression « Qawmou Loût », d’ailleurs présente douze fois dans le livre, décide pour parler une treizième fois de ce peuple pervers, d’employer une expression différente pour le treizième verset de cette sourate, « Qâf ».

    N’importe qui, ayant l’habitude d’utiliser une expression pour qualifier quoique ce soit, se serait conformé à cette habitude et aurait utilisé, pour ce treizième verset l’expression « Qawnou Loût », en lieu et place de « Ikhwanou Loût ».

     

    Page Précédente                Page : 1 | 2 | 3 | 4            Page Suivante

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4635898
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC