• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • La Mort dans l' Islam
  • Témoignage convertis
  • Les interdits en Islam
  • Le prophète Joseph
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    L’instauration du droit de divorce

    Une des avancées majeures pour les femmes avec l’arrivée de l’islam consiste dans le fait que la femme bénéficie désormais du droit de divorce. Ce dernier constituait une véritable révolution pour l’époque (qui ne connaissait jusqu'à lors aucun équivalent de droit de par le monde). Il permit incontestablement à la femme musulmane de devenir un être capable de prendre son destin en main, d'être libre et respectée que ce soit au sein de sa famille ou dans la société civile.

    Aïcha –qu’Allah soit satisfait d’elle- a dit à propos du statut de la femme avant l’arrivée du droit de divorce : « L’homme répudiait sa femme autant qu’il voulait et elle restait sa femme tant qu’il la reprenait avant la fin de sa période de viduité, même s’il l’avait répudiée cent fois ou plus, jusqu’à ce qu’un homme dit à sa femme : Je jure que je ne te répudierai pas, mais tu seras séparée de moi et je ne te fournirai jamais de refuge. -Comment est-ce possible, dit-elle ? - Je te répudie, dit-il, et chaque fois que ta période de viduité tend à s’expirer, je te reprends. » Alors la femme se rendit chez Aïcha –qu’Allah soit satisfait d’elle- et lui raconta la scène, Aïcha se tut jusqu’à ce que le Prophète Muhammad (PBSL) revint et alors elle lui raconta la scène, le Prophète de Dieu (PBSL) se tut jusqu’à ce que le verset suivant fût révélé :

    229. Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c'est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse. Et il ne vous est pas permis de reprendre quoi que ce soit de ce que vous leur aviez donné, - à moins que tous deux ne craignent de ne point pouvoir se conformer aux ordres imposés par Allah. Si donc vous craignez que tous deux ne puissent se conformer aux ordres d'Allah, alors ils ne commettent aucun péché si la femme se rachète avec quelque bien. Voilà les ordres d'Allah. Ne les transgressez donc pas. Et ceux qui transgressent les ordres d'Allah ceux-là sont les injustes.

    Sourate 2 : Al-BAQARAH (LA VACHE)

    « Les gens inaugurèrent alors une nouvelle ère de divorce, ceux qui avaient répudié et ceux qui n’avaient pas répudié. » (Rapporté par Al-Tirmizi).

    Bien que le divorce fût autorisé par ordre divin, le prophète (PBSL) n’a cessé de mettre en garde sa communauté contre l’abus du divorce et son caractère détestable auprès de Dieu : « Allah n’a pas permis une chose qu’il déteste autant que le divorce » (Rapporté par Al Moustadrak)

    « Ne répudiez les femmes qu’à cause d’un doute, car Allah n’aime pas les dégustateurs (NDT : Dégustateurs et dégustatrices : allusion à ceux qui recourent très souvent et facilement au divorce, comme si leur objectif en se mariant est de déguster leur partenaire et l’abandonner par la suite pour prendre une autre.) et les dégustatrices » (Rapporté par Al Mou’jamu)

    La tradition musulmane enseigne ainsi que le divorce doit donc être consenti entre les deux partenaires uniquement en cas d’extrême nécessité, et si les deux époux ne peuvent réellement plus partager le même toit. Dans ce cas, c’est à l’homme, uniquement de par sa responsabilité de chef de famille et des obligations financières qui lui incombent vis à vis de sa femme, que revient la décision finale de répudier ou non cette dernière, proclamant ainsi solennellement le divorce (Il est à signaler que dans la tradition musulmane, la femme dispose aussi de ce droit, en passant par une autre procédure judiciaire). La femme est ensuite libre de se remarier avec l’homme de son choix, après l’attente d’un délai équivalent à trois menstrues :

    231. Et quand vous divorcez d'avec vos épouses, et que leur délai expire, alors, reprenez-les conformément à la bienséance, ou libérez-les conformément à la bienséance. Mais ne les retenez pas pour leur faire du tort : vous transgresseriez alors et quiconque agit ainsi se fait du tort à lui-même. Ne prenez pas en moquerie les versets d'Allah. Et rappelez-vous le bienfait d'Allah envers vous, ainsi que le Livre et la Sagesse qu'Il vous a fait descendre, par lesquels Il vous exhorte. Et craignez Allah, et sachez qu'Allah est Omniscient.

    Le texte coranique a donc réellement changé la condition de la femme musulmane sur le plan du mariage et de son statut d’épouse à part entière. Plus libre, plus responsable de sa propre vie, accession à la propriété d’une partie des biens matériels de son époux suite au mariage, nombreux sont les droits que Dieu, dans son infinie miséricorde, accorda à la femme afin d’effacer une fois pour toutes les inégalités qui avaient alors lieu péninsule arabique. Mais bien trop souvent les hommes n'ont pas appliqué tous ces préceptes islamiques, ou ne sont tout simplement pas allés plus loin dans l'effort collectif de penser une société qui sans renier les principes fondateurs de sa religion, aurait dû s'adapter au fur à mesure du temps aux réalités temporelles et spatiales qui se sont mises sur son chemin. La fixation, puis la sacralisation de la jurisprudence islamique (faite par des hommes de leur époque, rappelons-le) ou de certains droits (non seulement celui des femmes) issus directement du Coran ou de la Sunna, ou encore, la condamnation violente par pur esprit de conservatisme religieux de toute tentative de réforme sociale, fut surement aussi un facteur non négligeable parmi d'autres du début de régression de la civilisation musulmane. Plus que jamais il est primordial de faire une lecture intégrale et contextuelle des sources islamiques et non une lecture simpliste et superficielle comme le font les critiques des religions ou les féministes modernes qui se complaisent souvent dans les généralités.

    Indéniablement le système proposé par Dieu pour réguler la communauté des hommes, s'il était pris dans son intégralité et appliqué à une société disposant d'une certaine verticalité de l'esprit, dont la mentalité générale serait dénuée de tout avilissement et matérialisme, aboutirait à la formation d'une société humaine largement pacifiée et cohérente.

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 1076 fois
     

     

    Page Précédente                Page : 1 | 2           

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4081518
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC