• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Les principaux Anges en Islam
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • Témoignage convertis
  • Issa (Jésus) en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  

    Washington ne considère plus les colonies israéliennes comme étant contraires au droit international

    Ces occupations de territoires palestiniens sont jugées illégales par l’ONU et une grande partie de la communauté internationale, qui voit en elles un obstacle majeur à la paix.

    Les Etats-Unis ne considèrent plus contraires au droit international les colonies israéliennes en Cisjordanie, a annoncé, lundi 18 novembre, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. Ces occupations de territoires palestiniens sont jugées illégales par l’Organisation des Nations unies (ONU) et une grande partie de la communauté internationale, qui voit en elles un obstacle majeur à la paix.

    « Après avoir examiné soigneusement tous les arguments de ce débat juridique, [nous concluons que] l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international », a déclaré, lundi, M. Pompeo lors d’une conférence de presse à Washington. La politique américaine s’appuyait jusqu’ici, au moins théoriquement, sur un avis juridique du département d’Etat remontant à 1978, selon lequel « l’établissement de colonies de population dans ces territoires » n’était « pas conforme au droit international ». Mike Pompeo a donc décidé que cet avis était caduc. « La vérité, c’est qu’il n’y aura jamais de solution judiciaire au conflit et que les débats sur qui a raison et qui a tort au regard du droit international n’apporteront pas la paix », a-t-il estimé, assurant qu’il ne s’agissait ni d’une ingérence dans la politique israélienne ni d’un feu vert à la colonisation.

    Article réservé à nos abonnés - Lire aussi : En Israël, Benyamin Nétanyahou joue la carte de la colonisation

    Coup de pouce à Nétanyahou

    Au moment où les partis israéliens mènent de difficiles tractations pour former un nouveau gouvernement, cette décision peut être interprétée comme un coup de pouce au premier ministre israélien sortant, Benyamin Nétanyahou. Ce dernier a proposé, pendant la dernière campagne électorale, d’annexer une partie des colonies de Cisjordanie occupée. Lundi, M. Nétanyahou a d’ailleurs salué la position de Washington, considérant qu’elle « est le reflet d’une vérité historique – que les juifs ne sont pas des colonisateurs étrangers en Judée-Samarie ». « En fait, nous sommes appelés “juifs”, car nous sommes le peuple de Judée », a-t-il estimé.

    De son côté, le porte-parole de l’Autorité palestinienne, Nabil Abou Roudein, a affirmé que Washington n’est « pas qualifié ou autorisé à annuler des dispositions de droit international et n’a pas le droit de légaliser des colonies israéliennes ». L’Union européenne a, pour sa part, réaffirmé sa condamnation de la politique de colonisation israélienne, en rappelant sa position « claire » et « inchangée ». « Toute activité de colonisation est illégale au regard du droit international et compromet la viabilité de la solution à deux Etats et les perspectives d’une paix durable, comme le réaffirme la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies », a déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, dans un communiqué. Bruxelles demande ainsi à Israël « de mettre fin à toute activité de colonisation, conformément à ses obligations en tant que puissance occupante ».

    Article réservé à nos abonnés - Lire aussi : Israël dénonce la décision d’étiqueter les produits issus des colonies comme « discriminatoire »

    Ces dernières années, la colonisation s’est accélérée sous l’impulsion de M. Nétanyahou et de son allié américain. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a infléchi sa politique régionale en faveur d’Israël, en reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme capitale et l’annexion du Golan syrien par l’Etat hébreu, tout en coupant des fonds destinés aux Palestiniens. L’ambassadeur des Etats-Unis à Jérusalem, David Friedman, est allé jusqu’à estimer qu’Israël avait « le droit » d’annexer « une partie » de la Cisjordanie occupée. Mike Pompeo avait, lui, refusé en avril de dire si Washington s’opposerait à une éventuelle annexion des colonies de Cisjordanie par l’Etat hébreu.

    A Lire également :

    Le responsable de Human Rights Watch en Israël a été expulsé du pays

    Jérusalem, plateau du Golan, colonies… les concessions de Donald Trump à son allié israélien

    A Paris, un rassemblement pour dire « stop à l’islamophobie »

    En Birmanie, à qui profitent les crimes contre les Rohingya ?

    Nétanyahou promet d’annexer la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, s’il est réélu

     

    Tout les articles

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4845977
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC