• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Les principaux Anges en Islam
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • Témoignage convertis
  • Issa (Jésus) en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  

    Diam’s rompt le silence: «Je recherchais de la joie. (...) Maintenant, je sais qu’Allah m’écoute»

    L’ex rappeuse s’est confiée à la presse saoudienne, revenant sur la période qui l’a vu changer radicalement de personnalité. Triste et seule avant l’islam, dit-elle, elle évoque son quotidien de mère de famille épanouie et apaisée.

    Sept longues années qu’on ne l’avait pas vue. Diam’s alias Mélanie Georgiades, ancienne star du rap des années 2000 en France s’est confiée en anglais sur son passé, sa conversion et sa nouvelle vie à Arab News.

    » LIRE AUSSI - D’après Vitaa, Diam’s ne vit plus en France

    «Ça a été un gros choc pour les Français, ils me voyaient comme chanteuse et du jour au lendemain ils m’ont vue avec le voile» - Diams

    «Je ne dirai jamais “non ce n’est pas moi”», raconte Diam’s, à propos de son ancienne vie. «C’était bien moi, mais maintenant j’ai changé. Mon nom est Mélanie Georgiades. Avant l’islam, j’étais connue sous le nom de Diam’s, j’étais une rappeuse qui a vendu au moins 4 millions d’albums en France et fait 200 millions de vues sur YouTube», rappelle l’interprète de La Boulette, morceau qui totalise à lui seul plus de 51 millions de vues.

    «Ça a été un gros choc pour les Français, ils me voyaient comme chanteuse et du jour au lendemain ils m’ont vue avec le voile. Les paparazzis venaient me prendre en photo à la sortie de la mosquée. Les gens se disaient: “Comment est-ce possible?“. C’était impensable pour eux. Je n’avais pas parlé de ça aux médias parce que je ne savais pas quoi dire, c’était juste la foi et donc très dur à expliquer», révèle celle qui est apparue pour la dernière fois à la télévision en 2012 dans l’émission Sept à Huit sur TF1. Déjà à l’époque, elle avait confié sa souffrance et sa solitude malgré la célébrité. Des difficultés qu’elle a à nouveau exprimées. «Toutes ces choses, le succès, l’argent, le pouvoir, ne me rendaient pas heureuse. Je recherchais de la joie, j’étais vraiment très triste. J’étais seule et je me demandais pourquoi j’étais sur cette terre». Aujourd’hui convertie et résidente - semble-t-il - en Arabie Saoudite, Diam’s «est très heureuse dans son choix de vie», confiait son amie Vitaa en 2018.

    «Avant l’islam, je ne croyais qu’en un seul Dieu. J’étais chrétienne dans mon cœur mais sans savoir que j’avais besoin de parler à Dieu. Maintenant pour chaque chose dans ma vie, qu’elle soit bonne ou mauvaise, je sais qu’Allah m’écoute et répond à mes dou’as (invocations, NDLR). Je peux attendre et je sais qu’Allah est avec les personnes patientes», conclut-elle.

    A Lire également :

    Le responsable de Human Rights Watch en Israël a été expulsé du pays

    Jérusalem, plateau du Golan, colonies… les concessions de Donald Trump à son allié israélien

    Washington ne considère plus les colonies israéliennes comme étant contraires au droit international

    A Paris, un rassemblement pour dire « stop à l’islamophobie »

    En Birmanie, à qui profitent les crimes contre les Rohingya ?

     

    Tout les articles

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4845975
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC