• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Démarche conversion
  • Les interdits en Islam
  • La Mort dans l' Islam
  • Témoignage convertis
  • X-Poll
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...
  • Voltaire favorable à l’Islam ...
  • Travaille et ferme-la ...
  •  Imprimer

    Les droits de la femme en général

    « Les femmes sont les sœurs de l’homme. »

    C’est en ces mots que le prophète Muhammad (PBSL) s’est adressé à ses compagnons, afin de leur faire comprendre le principe universel d’égalité qu’il existe entre hommes et femmes, et pourquoi ces dernières devaient être traitées avec l’honneur et le respect qui leur est du.

    A ce sujet, Dieu confirme par le verset suivant l’égalité de la femme et de l’homme en Islam, qui sont en fait tous les deux issus du même être, Adam. Le fait d’ailleurs que ce verset soit le premier verset de la sourate 4 « Les Femmes » (qui compte tout de même 176 versets est également une marque forte de cette égalité naturelle des sexes retrouvée) :

    1. ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci son épouse , et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement.

    Sourate 4 : AN-NISA' (LES FEMMES)

    Parmi les droits inaliénables de la femme, l'on trouve bien évidemment le droit à la vie ( voir le paragraphe précédent ), mais également le droit à la prise en charge de ses enfants, d'accomplir toutes les fonctions de maternage (allaitement, éducation...), le mari s’assurant à ce sujet que sa famille ne manque de rien y compris si sa femme dispose de revenus (travail, héritage…). Ces droits se retrouvent à travers les versets coraniques suivants :

    6. …Et si elle sont enceintes, pourvoyez à leurs besoins jusqu'à ce qu'elles aient accouché. Puis, si elles allaitent [l'enfant né] de vous, donnez-leur leurs salaires . Et concertez-vous [à ce sujet] de façon convenable. Et si vous rencontrez des difficultés réciproques, alors, une autre allaitera pour lui.

    Sourate 65 : AT-TALAQ (LE DIVORCE)

    233. Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets. Au père de l'enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable. Nul ne doit supporter plus que ses moyens. La mère n'a pas à subir de dommage à cause de son enfant, ni le père, à cause de son enfant. Même obligation pour l'héritier. Et si, après s'être consultés, tous deux tombent d'accord pour décider le sevrage, nul grief à leur faire. Et si vous voulez mettre vos enfants en nourrice, nul grief à vous faire non plus, à condition que vous acquittiez la rétribution convenue, conformément à l'usage. Et craignez Allah, et sachez qu'Allah observe ce que vous faites.

    Sourate 2 : Al-BAQARAH (LA VACHE)

    La femme musulmane possède également comme droit fondamental celui de recevoir une éducation suffisante pour lui permettre de s’élever intellectuellement et aussi de connaître les préceptes essentiels de l’islam et d’être de ce fait le meilleur soutien qui puisse être pour son futur époux et ses enfants.
    D’ailleurs, concernant le choix de l’époux, celui-ci est laissé à la liberté de la femme, cette dernière ayant entière liberté d’accepter ou de refuser toute demande de mariage lui ayant été faite. Le consentement mutuel est ainsi une qualité essentielle pour le mariage en islam, comme rapporté à travers le verset suivant :

    21. Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent.

    Sourate 30 : AR-RUM (LES ROMAINS)

    Dans la droite lignée des droits cités plus haut, citons également le droit au travail contesté de nos jours dans certaines sociétés à caractère « coutumier » et qui ne peut d'ailleurs être enlevé à la femme si l'on se réfère à la tradition musulmane ; la première épouse de Muhammad (PBSL), Khadîdja (que Dieu soit satisfait d’elle) était en plus d’être une croyante exemplaire, une commerçante de renom.

    Enfin, nous ne pourrions terminer la liste des droits fondamentaux de la femme sans parler de celui relatif à la protection de son intégrité physique (3). Dieu ordonne ainsi aux hommes de préserver leur chasteté, puis fait de même pour les femmes, à travers les versets 30 et 31 de la Sourate 24 : An-Nur (LA LUMIERE)

    Les droits religieux de la femme en islam

    De même que l’homme vis-à-vis de Dieu dispose du droit d’adorer son Seigneur et d’accomplir les actes religieux élémentaires, la femme musulmane est en tout point égal à ce dernier et peut donc librement adorer Dieu et lui rendre grâce des bienfaits qu’Il lui a prodigué :

    71. Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la Salât, acquittent la Zakat et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage.

    Sourate 9 : AT-TAWBAH (LE DÉSAVEU ou LE REPENTIR)

    La pratique de la Salat, le paiement de la Zakat (4), le jeûne du mois de Ramadan, et le pèlerinage sont donc les droits religieux « sacrés », accordés par le Coran lui-même à travers le verset ci-dessus.

    Les droits économiques de la femme en islam

    De même que le droit à la propriété a été accordé à l’homme et se retrouve mentionné aussi bien à travers le Coran et les hadiths prophétiques (5), la femme de part son égalité vis-à-vis de l’homme devant Dieu dispose des mêmes droits, et peut par exemple librement ouvrir un commerce, jouir du fruit de son travail et de ses biens en général.

    Ensuite, comme mentionné plus haut dans les droits fondamentaux de la femme en Islam et toujours dans le cadre d'une société traditionnelle équilibrée (où par exemple il n'y a pas besoin de deux salaires pour faire vivre une famille), le mari se doit de pourvoir financièrement à l’entretien matériel de son épouse, de la mettre définitivement à l'abri du besoin, et de s’occuper de toutes les charges financières du ménage.

    De même, la femme se voit remettre par son mari une dot lors de son mariage dont elle dispose de l’entière liberté d'usage, son absence pouvant même être considérée comme un motif de nullité du mariage.

    4. Et donnez aux épouses leur mahr , de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur.

    Sourate 4 : AN-NISA' (LES FEMMES)

    Une part importante de l’héritage est également accordée à l’épouse en cas du décès de son mari, comme d’ailleurs à la fille en cas de décès de son père. Ce point a par ailleurs été abordé largement dans un autre article de ce dossier (6).

    Pour conclure, il est important de rappeler que les modalités du droit musulman exposées ici concernent un modèle dit « traditionnel », qui en plus d'être équitable pour les deux sexes, a également garanti aux femmes leurs pleins droits durant des siècles. L'avènement du monde moderne congénitalement « anti traditionnel », combiné à la décadence socioculturelle et économique du monde musulman, a poussé certains historiens, qui étaient tout sauf "impartiaux", à passer sous silence ou à renier carrément toutes les avancées acquises dans le passé par les femmes musulmanes en matière de droit. Des acquis facilement défaits par la pensée moderne qui juge l'islam uniquement du point de vue de notre époque sans le moindre effort de contextualisation historique, ni de compréhension intellectuelle de sa civilisation.

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 3653 fois
     

    (3) Se référer à ce propos à l’article « La pudeur en Islam »
    (4) Incombe au mari dans certains cas, se référer à notre article sur la zakat >>
    (5) Se rapporter à ce sujet à notre chronique « L’Islam et les droits de l’homme »
    (6) Se référer à notre article « La pratique de la polygamie en terre d’Islam »

     

    Page Précédente                Page : 1 | 2           

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 1715032
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC