• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Démarche conversion
  • Les principaux Anges en Islam
  • Témoignage convertis
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • X-Poll
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...
  •  

    Articles de presse

    Sundance 2015 : un documentaire sur le porno crée la polémique



    Présenté au festival, Hot Girls Wanted révèle l'exploitation de jeunes filles par l'industrie du X en suivant des adolescentes attirées par ce milieu trompeur, qui sont ensuite rejetées au bout de six mois.

    Elles ont 18 ou 19 ans et sont prises dans la nasse de l'industrie du porno, abusées par les promesses d'argent facile et peut-être même de gloire. Comme des papillons attirés par la lumière des réverbères qui viennent se brûler les ailes avant l'heure.

    Intitulé Hot Girls Wanted, ce documentaire choc projeté au Festival de Sundance raconte comment l'immense majorité d'entre elles sont jetées au bout de six mois comme un vulgaire mouchoir en papier. Dans Hot Girls Wanted (Recherche superbes filles), Jill Bauer et Ronna Gradus, deux anciennes journalistes et photographes du Miami Herald, dépeignent autant les histoires vraies de jeunes filles un peu candides que la réalité de la lessiveuse d'une industrie constamment à la recherche de viande fraîche.

    À l'origine, les deux acolytes enquêtaient sur la consommation de porno en ligne par les jeunes hommes sur les campus de Floride ou de Californie. Mais ce qui les a le plus frappées en allant à leur rencontre, ce sont les jeunes filles, en rang à la sortie des lycées pour tourner une scène diffusée sur un site porno, contre quelques billets. «On se disait que ce n'était pas possible, parce que, si c'était vrai, il y aurait déjà eu des articles là-dessus. On ne pouvait littéralement pas y croire», s'étrangle Ronna Gradus, la coréalisatrice.

    Scènes crues

    «C'est la loi de la jungle», reprend Jill Bauer, après la diffusion du documentaire au festival qui se tient actuellement dans l'Utah (ouest des États-Unis). «Tout le monde peut tourner ce genre de film. N'importe qui peut aller sur Craigslist pour recruter une fille. Il suffit de prouver qu'elle a 18 ans», poursuit-elle. Jill Bauer a déjà réalisé un film sur un sujet similaire: Sexy Baby, sorti en 2012, s'inspirait de la vie d'une préadolescente de 12 ans pour brosser le portrait d'une société obnubilée par le sexe.

    Les filles dont elle suit les pérégrinations dans son nouveau documentaire, elles, tournent pour un cachet de misère, attirées par des pubs comme «Hot girls wanted» sur Craigslist, qui leur vendent «un ticket vers la liberté, l'aventure et leurs rêves de gloire immédiate». Le documentaire, qui montre des scènes crues, est rythmé par des chiffres surprenants, comme ceux du nombre de visites sur les sites porno. En plein film, des bannières publicitaires «Latina Abuse» («filles latino-américaines agressées») ou «18 & Abused» («18 ans et agressée») surgissent comme sur un écran d'ordinateur, accompagnées d'un bruit sourd.

    «Nouveaux visages»

    Jill Bauer et Ronna Gradus espèrent, avec leur documentaire, provoquer un débat dans la société américaine et peut-être des modifications dans la loi, surtout celle du travail, qui devrait, selon elles, imposer des règles plus strictes aux producteurs. Les scènes les plus dérangeantes du film sont les passages concernant les vidéos dites extrêmes. Parmi elles, certaines évoquent la pratique du «facial abuse» («agressions faciales», soit les scènes de fellations forcées), que les nouvelles recrues sont incitées à pratiquer, moyennant une prime.

    «On ne pouvait même pas regarder, alors on a demandé à notre monteuse de regarder pour nous et de faire les choix», se souvient Jill Bauer, en parlant d'une séquence en particulier, qui a été coupée à l'image mais dont le son a été conservé. L'une des rares raisons de se réjouir dans tout cela, dit-elle, est que l'industrie du porno se lasse rapidement de ces filles, généralement avant six mois. Et la réalisatrice a trouvé deux raisons à cela. «La première, c'est soit que les parents le découvrent, soit qu'elles ont un nouveau petit ami. La seconde, c'est l'affaire de l'industrie: les filles ne doivent pas rester longtemps sur le marché, car les gens demandent de nouveaux visages.»



    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4056108
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC