• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Les principaux Anges en Islam
  • Témoignage convertis
  • Les interdits en Islam
  • Démarche conversion
  • X-Poll
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...
  •  

    Lionel.

    CHRONIQUE : Réflexion sur le mariage mixte
    par Lionel. J

    - Votre site parle du mariage entre un Homme musulman et une Femme non musulmane mais croyante. J'aimerais avoir votre avis sur le droit ou non d'un mariage entre une Femme musulmane et un Homme chrétien? Qu'en est-il ?

    - Je ne comprends pas pourquoi les hommes ont le droit par la loi d’épouser des non musulmanes alors que les femmes musulmanes non. Je n’aime pas les jugements hâtifs mais j’aimerais bien avoir un éclaircissement sur ce point. Merci de me répondre.

    - Je suis amoureuse d'un homme et je souhaite faire ma vie avec lui. Mon problème est que ma famille s'oppose radicalement à notre union car il n’est pas musulman. Or dans ma famille il y a des hommes qui sont mariés avec des non musulmanes. J'ai lu que l’islam autorise les hommes à épouser des non-musulmanes alors qu'il l'interdit pour les femmes. Je trouve cela très injuste et machiste comme concept. Comment expliquez-vous une telle inégalité de droits dans la religion musulmane ?

    (Trois questions transmises récemment)

    Avant de crier au scandale, et à l’injustice, il convient dans un premier temps de bien connaître l’histoire de l’islam et de se replonger dans le contexte qui l’a vu inscrire dans sa jurisprudence l’autorisation pour les hommes musulmans d’épouser des femmes issues d’autres communautés que le Coran nomme gens du livre (chrétiennes et juives), et l’interdiction pour les femmes musulmanes d’épouser un homme autre que musulman. Avant donc d’accourir à faire des extrapolations sentimentalistes et condescendantes --qui sont caractéristiques da la mentalité moderne--, il faut savoir situer les contours et les fondements de cette règle plus que millénaire, toujours en cours dans la majorité des pays musulmans.

    Il n’existe nul doute de nos jours, que dans une société arabe préislamique intégralement polygame et patriarcale, où les femmes étaient marginalisées et privées de leurs droits les plus fondamentaux, que l’avènement de l’islam fût réellement une révolution positive pour les femmes, que nul historien ne saurait contester de nos jours (1). Les différents versets descendus à l’issu de la révélation coranique, furent autant de parcelles de droit qui une fois imbriquées avec d’autres ont créé un « contexte sociétal » et une assise législative qui ont parfaitement bien protégé les droits de la femme sur tout les plans (spirituel et matériel), durant des siècles et notamment pendant l’âge d’or de l’islam.

    Il convient également de signaler ici que le modèle civilisationnel islamique à la différence du droit moderne, tire son inspiration entièrement de principes supérieurs (Coran et Sunnah) qui sur le plan spirituel sont immuables quelque soit le temps ou l’espace géographique. Le problème de la civilisation arabo-musulmane notamment depuis le début de sa décadence, se situe au niveau des contingences, dans la mesure ou ce sont les applications malheureuses et les mauvaises interprétations de la Loi, ainsi que l’incapacité de ses dignitaires et savants à penser l’islam à travers le changement (en adaptant l’arsenal théologico-juridique aux subtilités de leur époque sans trahir l’esprit de la révélation), qui ont noirci le tableau des sociétés musulmanes et par là aussi de l’islam, donnant progressivement l’image d’une religion régressive et discriminatoire.

    Pour bien comprendre les montages juridico-sociaux des sociétés musulmanes il faut avoir constamment à l’esprit que comme toute religion du salut, l’islam prône la prépondérance du « spirituel » sur le « matériel », celle du sacré sur le profane. Que si cette axiomatique a disparu depuis des siècles des sociétés occidentales dominées largement aujourd’hui par le matérialisme et l'idéologie laïco-scientiste, en terre d’islam elle reste vivace et encore d’actualité, tant qu’il y aura des âmes qui n’élèveront pas l’individualisme jouisseur et le consumérisme outrancier au rang de croyance religieuse. Ainsi concernant la définition même du mariage en Islam, il convient de mentionner aussi la primauté que tient l’aspect spirituel de l’union sur l’aspect sentimental ou matériel --c’est deux là sont toujours solidaires et indissociables--, et sont les principaux critères que retient l’union moderne. D’où l’importance ici de savoir sur quel terrain l’on se situe à l’heure de rentrer dans le fond de la question et de quoi parle-t-on exactement ; de quel type de mariage ?

    A partir de tout ce qui vient d’être dit, et pour résumer sommairement, il est essentiel avant d’émettre des jugements et de décontextualiser tout azimut, de toujours replacer les lois propres à une tradition religieuse dans le contexte historique et social qui a favorisé leur promulgation. Il faut également avoir constamment à l’esprit, que les fondements d’une civilisation traditionnelle ou religieuse, n’ont rien à avoir avec celles du monde moderne. L’une est régie par des principes dont le fond, les contours et les spécificités sont d’une finalité verticale, l’autre sont des dispositions législatives horizontales en perpétuel changement (3), créées de toute pièce par l’homme pour rendre culte à l'Homme, en ayant uniquement comme finalité : son bien être matériel et sentimental. Elles ne sont dans la majorité des cas que des conceptions « pseudo-éthiques » et temporelles qui puisent l’essentiel de leur substance juridique dans les quelques résidus moraux hérités des Lumières ou d’un christianisme finissant, dans le contexte pragmatique moderne ou s'adaptant constamment aux logiques du libéralisme-libertaire comme c’est souvent le cas de nos jours depuis la ruine du socialisme et l’avènement du Nouvel Ordre Mondial. D’où leur caractère éphémère et vide de sens dès qu'ils ne sont plus en phase avec les aspirations du temps ou de la mentalité moderne (4).

    Maintenant, pour ce qui est de la question posée plus haut, à savoir « la validité du point de vue de l’islam d'un mariage entre une femme musulmane et un homme non musulman ? », tout les écoles théologico-légales sont fermes là dessus : ce type d’union est considéré comme « haram » (illicite) tant que l’homme en question ne se sera pas converti à l’islam (5).
    Concernant l’explication retenue par la tradition islamique quant à cette autorisation des hommes, et non des femmes, d’épouser des femmes juives ou chrétiennes, celle-ci s’articule sur trois points cardinaux que sont :

    - Premièrement, le mariage est considéré en Islam, et dans les civilisations traditionnelles par extension, comme une institution particulièrement importante et sacrée, qui en plus d’être basée sur les sentiments réciproques ou l’attirance entre les deux êtres, doit aussi assurer une harmonie, un équilibre au sein du couple. Cet équilibre, dont on doit retrouver l’écho à travers le respect des croyances de chacun, est la base indispensable pour garantir un mariage stable à long terme. La non-reconnaissance de la foi de son époux (se) dans les mariages d’autrefois, fragilisait de façon irrémédiable la confiance et le respect mutuel sur lesquelles serait fondée cette union. Mais comment faire comprendre ce point à une génération d’hommes et de femmes qui placent les sentiments au dessus de tout et ne voit dans le « rite » ou la tradition religieuse que des limitations castratrices de leur désirs et instincts les plus bas ?

    - Deuxièmement, dans un mariage musulman, le spirituel doit primer sur le profane, c'est-à-dire que dans le cas du mariage d’un homme avec une femme appartenant à la catégorie des « gens du livre », la religion de l’épouse quoi qu’il arrive sera toujours reconnue, Moïse et Jésus (PBSE) tenant une grande place en Islam en tant que grands prophètes envoyés par Dieu. Or dans le cas contraire, l’islam et son prophète ne seront pas reconnu par le chef de famille, car ni le christianisme ni le judaïsme ne reconnaissent le message du prophète Muhammad (PBSL). Comment vivre une union paisible, respectable et transmettre un héritage spirituel valide à sa progéniture si du point de vue doctrinal il y a mésentente sur les principes et une grande divergence de fond ?

    - Enfin, il existe une spécificité dans l’organisation même de la famille en Islam qui est une caractéristique des sociétés patriarcales, au sein desquelles le mari a le devoir et l’obligation de subvenir aux besoins de sa famille à l'inverse de la femme. L’islam ajoute donc par le biais de la jurisprudence islamique (chariah), pour protéger et mettre à l’abri financièrement la femme, la non obligation de cette dernière de travailler pour subvenir aux besoins de la famille ou ses propres besoins, qu’elle soit riche ou non, puisque cette tache revient à l’homme. En dehors de la Ummah, l’épouse peut donc d’une certaines façons se retrouver en situation de dépendance matérielle et surtout morale vis-à-vis d’un mari non musulman. Cette règle n’étant plus trop valide de nos jours en raison de l’émancipation contemporaine des femmes et du fait qu’en Occident, qui est le foyer qui abrite le plus souvent le type d’unions mixtes dont il est question ici, la plupart des femmes travaillent et participent à la gestion matérielle du foyer (6).

    Pour clore cette réflexion, il est donc important de savoir avant de s’engager dans une union quels en sont les buts et finalités ainsi que les moyens mis en avant pour les atteindre. L’homme par nature s’enracine dans le contexte et subit de force l’environnement dans lequel il évolue. Au fil du temps et de l’âge, et à défaut de convictions religieuses fermes, l’appel des racines primaires et de la coutume de ses ancêtres se font de plus en plus ressentir en lui. Et dans un mariage laïc fondé exclusivement sur les sentiments, qui ne se soucie guère à l’origine de la religion, ou que partiellement (par la bouche ou les promesses), les principaux conflits éclatent une fois la phase passionnelle du mariage passée et les premiers enfants venus au monde. C’est là en général --et il s’agit d’un fait sociologique avéré-- que l’on se découvre subitement un nouveau sens à sa vie et un désir intime de retour à sa religion d’origine, et où les grandes divergences idéologique apparaissent au grand jour au sein du couple surtout quant à la façon d'éduquer les enfants.

    Enfin, l’examen de cette question nous renvoi systématiquement à une autre plus enveloppante qui est de savoir s’il faut résolument adapter la religion à la modernité pour plaire aux autres et se donner l'apparence d'être en phase avec son époque en s'abaissant toujours à satisfaire les exigences de cette dernière (se qui est de l'ordre du complexe mental et un flagrant déficit d'estime de soi), ou faut-il plutôt réindexer sa manière de pensée en tenant compte des principes spirituels qui eux sont immuables quelque soit le temps ou l’espace ? Mais là, il s’agit d’un autre débat dont les contours ne peuvent être développés ici sans sortir du sujet, et dont nos lecteurs les plus réguliers savent du moins ce que nous on pensons si nous venons un jour à le développer amplement (7).

    Wa allahou alam

    (1) Voir notre article sur « les droits et devoirs de la femme musulmane ».
    (2) Il ne s’agit pas en réalité d’une spécificité de la civilisation musulmane mais de toute civilisation traditionnelle qui place la tradition et la religion au centre de sa dynamique.
    (3) Bien qu’étant un héritage ou des résidus d’une ancienne tradition, il est fort de noter que les lois et politiques du monde moderne sont dénouées de transcendance, et consistent de plus en plus en de simple démarches d’ajustement/régulation qui ont pour but de manager les foules pour mieux les disposer psychologiquement et matériellement à se soumettre et intégrer sans résistance les contraintes de la modernité.
    (4) Toutes les dérives libérales-libertaires si visibles cette dernière décennie sont amplement la preuve que l’arsenal juridique moderne ne reconnaîtra désormais à l’homme plus que le droit de jouir et de commercer (vendre et consommer) ; il n’y a désormais aucune référence morale ou critère humaniste pour inspirer un projet de société. Même la notion de dignité ou de décence semble disparaître progressivement du droit à mesure que les niches de profit les plus inhumaines apparaissent : récemment une équatorienne à mis en vente sur un site d’enchère en ligne ni plus ni moins que sa propre virginité…que dire aussi du tourisme sexuel, de la vente de ces propres organes ou de la GPA ? (Gestation Pour Autrui).
    (5) Voir le verset 10 de la sourate 60 ou le verset 221 de la sourate 2, ou Dieu interdit aux musulman(e)s d’épouser un non-musulman(e). Seule l’exception du mariage d’un musulman avec une juive ou une chrétienne (appelés « ahl ul-kitâb » ou les « gens du Livre ») sera proclamé licite plus tard à travers le verset 5 de la sourate 5.
    (6) Participation qui est de nos jours obligatoire et qui fait poser d’ailleurs beaucoup de questions qui sont d’ordres philosophiques quand au rôle de chacun dans le type de mariage moderne. Voir notre article sur « la condition de la femme moderne ».
    (7) Voir également nos chroniques « Sacré et profane en islam », « L’occident et la religion » ainsi que les questions numéro 25, 26 dans la rubrique dédiée.

                                                                          Cet article a été déjà consulté 24599 fois
     

    Du même Auteur :

    De la finance en islam
    La laïcité et les religions
    Du suicide au travail
    Sacré et profane en Islam
    Ramadan & travail moderne
    Umar Ibn Abd Al Aziz
    La Réussite en Islam
    Sur l’obéissance aux parents...
    Terrorisme, Djihad et Résistance...
    Islam et droits de l'homme (2/2)
    Gaza : De la réaction à l'action
    Israël : Le temps du boycott massif
    Islam et droits de l'homme (1/2)
    Croyant mais non pratiquant !
    La Vérité est-elle en nous ?
    Souffrance et Euthanasie...
    L'islam et l'alcoolisme
    L'Occident et la religion
    L'innovation périlleuse en Islam
    L'Islam et le racisme
    Le sens de la soumission en islam
    Donner enfin un sens à sa vie
    L’envie d’avoir envie
    Toutes les chroniques

    alain
    16 août 2010
    22:38:03

    bravo pour ce commentaire qui illustre parfaitement le manque de tolérance de votre religion.
    Il est temps de réviser les dogmes, nous ne sommes plus au VII siècle, le monde a changé.


     

     

    Sybil
    15 novembre 2012
    00:52:54

    Je ne suis pas musulmane, mais je possède depuis longtemps un intérêt pour toute forme de religion. L’islam m’intéresse et m’intrigue tout particulièrement, notamment car j’ai entendu parmi les plus beaux et les plus touchants discours sur la religion de la bouche de certains de mes amis musulmans. Mais étant une femme, et ayant grandie dans la société moderne française, je dois avouée que ce débat a fait naître quelques réflexions personnelles sur la question. Tes réponses concernant la question du mariage mixte, reflète certaines de mes réticences. Je comprends l’importance de remettre en contexte toute loi ou toute pensée religieuse, musulmane ou non. Mais voilà, dans le cas des trois points cardinaux, j’aurais plusieurs points moi-même, à ajouter à la réflexion.
    Premièrement, selon tes réponses, le mariage musulman est vu comme une institution qui, en plus d’être basée sur les sentiments et l’attirance des deux partenaires, doit être une union basée sur l’harmonie et de compréhension mutuelle.
    Tu expliques plus bas que le mariage d’un homme non-musulman avec une femme musulmane, pourrait apporter une mésentente car l’homme non-musulman ne reconnaîtra pas les valeurs de l’islam et qu’ainsi il sera impossible de transmettre un héritage spirituel valide à la progéniture. Sur ce point j’ai voilà mes questions :
    Donner aux enfants le choix d’adhérer ou non à la religion de leurs parents, empêche-t-il de transmettre un héritage spirituel valide? Une éducation morale n’est-elle pas possible sans éducation religieuse? J’ai pour ma part été élevée dans un foyer agnostique, mais pourtant pas dépourvu de spiritualité. Au contraire. Ma mère est passionnée par tout type de mythes et pensées religieuses humaines et elle m’a parlé de nombreuses spiritualités différentes. Et me voilà, ici et aujourd’hui, intriguée par ta religion. Connaître différents types de spiritualités et de cultures n’est-il pas une richesse? Je le pense, pour ma part.
    De plus, ne peut-on pas aimer, respecter et comprendre quelqu’un qui n’est pas de la même religion que vous? Ne peut-on pas vivre en harmonie avec quelqu’un qui ne prie pas le(s) même(s) dieu(x) que vous? Ne peut-on pas avoir une vie spirituelle épanouie avec quelqu’un d’une autre confession? J’admets qu’une telle union semble difficile, et pardonne-moi d’être peut-être naïve, mais d’une certaine façon, imaginer que les Hommes ne puissent s’aimer en harmonie sans partager les mêmes croyances, me brise le cœur.
    Deuxièmement, tu as fait remarquer au sujet de la dépendance matérielle de la femme envers son mari, que la règle n’est plus trop valide, car les femmes contemporaines se sont émancipées et qu’en effet en occident, la plupart travaillent comme leurs maris. En partant de ce principe, et si on admet que l’homme n’est plus le seul à subvenir aux besoins du foyer, pourquoi serait-il seulement nécessaire à l’homme de reconnaître les valeurs de l’islam et du prophète, pour que le mariage mixte soit en harmonie spirituelle? Dans nos sociétés modernes, n’est-il pas tout aussi dérangeant pour l’harmonie du foyer que la femme ne reconnaisse pas les mêmes préceptes religieux que son époux? Sa conception religieuse a-t-elle moins de poids que celle de son époux? Si la loi qui veut que la femme soit dépendante matériellement de son époux n’est plus vraiment valide de nos jours, car la société à changée, pourquoi la loi sur le mariage mixte ne peut-elle pas changer elle aussi?
    Je me demande si la question ici est de se conformer ou non à ce qu’attend la société moderne de nous. Si on peut (et doit) remettre notre époque et notre société en question, pourquoi ne pas remettre les principes spirituels immuables à travers le temps et espace en question eux aussi?
    Entends-bien, sil-te-plais, que je ne me scandalise pas. J’essaie juste de comprendre.
    J’ai trouvé ton exposé très claire, bien écrit et bien construit. Je te remercie d’avance si tu trouves le temps de donner un avis sur les questions que je me pose.

     

     

    chabri
    04 mars 2014
    19:29:54


    C'est du baratin inutile qui montre une forme de racisme et de christianophobie . Je vous rappelle que
    que la religion judéo -chrétienne est antérieure à l'islam de 1400 ans ( Ancien Testament ) et la venue de Jésus ( paix sur son âme ) est antérieure de plus de 600 ans à l Islam. ( Lisez les Evangiles. Ceci dune part . D'autre part les chrétiens attendent toujours la preuve honnête de la prétendue falsification des Evangiles qu'ils auraient faite eux-mêmes .! , Encore un mensonge grossier comme le pseudo Evangile de Barnabé .
    -------------------------------------------------------------------------------
    Suite à l'article de Maria Johnstone sur Dieudonné

    Faire de l'humour sur la Shoah en faisant chanter "Shoanana" est abject !, Savez- vous ce qu'est la Shoah ?, Je vais vous le dire : c'est le massacre par les nazis de 6 millions de juifs , femmes et enfants compris ,parce qu'ils sont juifs , tués dans les chambres à gaz . ET ce minable de M'bal M'bala , pour agrémenter le sketch a fait venir sur scène un comédien habillé avec le costume ( sorte de pyjama ) des déportés . IL invite le sinistre Faurisson qui affirme que les chambres à gaz n'ont pas existé . Et pour finir , Dieudonné dit que Youssouf Fofana , l'assassin bourreau de Ilan Halimi ( torturé pendant 10 jours ) est un ami ! , Et ce bras d'honneur grossier en guise de salut ! La fameuse quenelle ...une sorte de salut nazi transformé ...rusé le M'bala !
    On le dit intelligent , non , c'est tout simplement de l'habileté . S'il était vraiment intelligent Dieudonné n'aurait pas inventé ce triste spectacle que d'aucuns trouvent hilarant ! ! C'est à pleurer !

     

     

    marie
    08 août 2013
    23:37:54

    oui, mais quand il s'agit d'un union entre personnes âgées (et qui ne procréeront plus), cela est-il si important ?

     

     

    Jamyla
    12 septembre 2014
    11:37:58

    Je suis sceptique.
    Après tout, ou est le problème si chacun pratique ou non dans son coin?
    A mon avis, le seul problème dans notre communauté concernant le mariage mixte de la femme musulmane , ce sont les enfants. Nous avons juste peur qu'ils choisissent la religion du père...
    Et même si, pas mal d'hommes musulmans épousent des femmes d'autres confessions , beaucoup de leurs enfants ne deviennent pas musulmans.
    Mystère...

     

     

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 3499861
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC