• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Démarche conversion
  • Les principaux Anges en Islam
  • Les interdits en Islam
  • La Mort dans l' Islam
  • X-Poll
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...


  •  Imprimer

    Al Hassan Al Basri Père du soufisme

    Originaire de Basra au Sud de l’Irak d’où son nom (Al Basri), il est né sous le califat d’Umar Ibn Al Khatab (1), en 642 à Médine. La tradition rapporte que ce dernier l’aurait tenu dans ses bras, et qu’Ali le gendre du prophète (PBSL) aurait également participé à sa formation. On raconte également que son père était un esclave de Zayd Ibn Thabit (2) et sa mère le mis en nourrice chez Umm Salama. Une fois adulte, il devint professeur à Bassorah (Irak) et y fondera une Madrasa (école coranique).

    Al Basri été un fervent partisan de l’orthodoxie au sein de l’Islam et l’un des principaux adeptes de l’ascétisme dans les premières années du développement de l’Islam. Pour lui, la peur du châtiment Divin est la base de la moralité, l’homme devant trembler à l’idée du Jugement Dernier. Dans sa vie le confort doit être minimum pour réfréner les passions, et la vie en général n’est qu’un pèlerinage. Sa vision de la vie a fait de lui l’une des personnalités les plus admirées du Soufisme, qui voit en Al Basri le père fondateur de ce courant religieux, bien qu’il n’en fut jamais un lui-même.

    Parmi les commentateurs de la Tradition qui écrivirent sur Al Basri, beaucoup témoignent de la pureté de son mode de vie, qui tendait à imiter celui des compagnons de Muhammad (PBSL). On dit également de lui qu’il « était déjà dans l’autre monde ».

    Célèbres furent ses remontrances adressées aux califes Omeyyades ainsi que sa correspondance avec le huitième calife de cette même dynastie, Umar Ibn Abd Al Aziz (3), à qui il écrivit : « Garde-toi de ce monde de toute ta prudence ; il ressemble au serpent doux au toucher, mais dont le venin est mortel. Détournes-toi de tout ce qui t’enchante en lui, pour le peu de temps que tu as à passer dans sa compagnie ».

    De même, parmi les nombreuses paroles rapportées d’Al Basri, les suivantes valent surtout pour le bon sens qui s’en dégagent :

    « Quiconque connaît le Seigneur très haut voit son amour pour Lui s'accroître de jour en jour; quiconque connaît ce monde passager le considère comme un ennemi ».

    « L'homme intelligent est celui qui pose un frein solide à la tête de ses passions et qui tient la bride d'une main ferme. Regarde bien ce que deviennent les affaires de ce bas monde pour quelqu'un qui meurt, parce qu'elles seront exactement de même pour toi après ta mort. C'était par amour pour le monde d'ici-bas que les infidèles rendaient un culte aux idoles ».

    « Ne commande aux autres que ce que tu pourrais toi-même exécuter ».

    « Quiconque te rapporte les paroles d'autrui est capable de rapporter à autrui tes propres paroles. Ne donne pas accès auprès de toi à un tel personnage ».

    « Pour chaque prière que tu feras sans recueillement, le châtiment suivra de près ».

    Al Basri meurt à l’âge de 86 ans, en 728, après avoir mené une vie entièrement dévouée à Dieu. Il est considéré comme le précurseur de la branche la plus mystique de l’Islam, le Soufisme.

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 9765 fois
     

     

    (1) Fidèle compagnon du prophète et deuxième calife de l’Islam après sa mort. Se référer à notre article sur Umar >>
    (2) Scribe personnel du prophète (PBSL). Sous l’ordre de ce dernier, Zayd participa durant des années à coté d’autres scribes à la fixation par écrit du Coran pendant la mission prophétique de Muhammad (PBSL).
    (3) Considéré par la tradition comme le cinquième calife Bien Guidé de l’Islam. Par son règne empli de piété et de justice qui dura 3 ans, Umar Ibn Abd Al Aziz fut l’exception parmi les califes omeyyades dont la plupart étaient d’une impiété notoire.

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 3967115
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC