• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • Les principaux Anges en Islam
  • Démarche conversion
  • La Mort dans l' Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...


  •  Imprimer

    Al Ghazali, Pont entre Soufisme et Orthodoxie

    Al Ghazali est né en 1058 dans la ville de Tus (Iran) dans une famille modeste, dont la tendance spirituelle penche vers le Soufisme. Il perd son père très tôt, et ce dernier avant de mourir chargea un ami de veiller à l'éducation d'Al Ghazali et de son frère.

    Al Ghazali fut envoyé à l'âge de 7 ans dans une Madrasa pour étudier l'Arabe et le Persan, le Coran et la Sunna. Au cours de son cursus, il apprit la juridiction Islamique (fiqh), la théologie, l'exégèse Coranique ainsi que les Hadiths (1) majeurs du Prophète de Dieu (PBSL)

    Jusqu'à l'âge de 28 ans, Al Ghazali s'acharnera à compléter son savoir de la meilleure façon en suivant les cours des savants Iraniens les plus réputés. Il devint ainsi un expert dans le fiqh et a déjà à son actif des ouvrages traitant du Soufisme. Il devient ensuite pendant 6 ans juriste de cour jusqu'à l'obtention de sa chaire à la prestigieuse madrasa de Bagdad. Il y publiera d'autres ouvrages sur le fiqh dont il est enseignant, et le kalam (dont deux de ses ouvrages majeurs, Mustazhiri et Al-Iqtisad fil-I'tiqad [le juste milieu dans la croyance].

    Il est à signaler qu’Al Ghazali participa activement aux affrontements politiques et intellectuels de son époque, qui voient s'opposer la religion musulmane et la philosophie grecque. Il se plaça ainsi en défenseur du Califat Abbasside (Sunnites) face aux opposants Batinites (Chiites) et de la religion face à la philosophie. Pourtant il fut réputé pour également être un des plus grands philosophes de son époque. Son étude de la philosophie Grecque lui donna ainsi les armes permettant de mieux la cerner.

    Parmi ses travaux en matière théologique, les plus connus sont d'ailleurs ceux traitant de la relation entre Dieu et notre Univers. Comme ses pairs, il a pu discuter de la création, tenter de décrire l'indescriptible, et ainsi contribué à faire avancer la vision de Dieu à travers l'Islam.

    Ses travaux ont abouti ainsi à la conclusion que les phénomènes physiques subis dans notre monde trouvent leur source dans la volonté de Dieu, qui lui même est "en dehors" de la création, puisque toutes les lois physiques existantes ne sont rien d'autre qu'une manifestation de sa volonté.

    Pour Al Ghazali, et d'après son expérience de juriste, dans une société idéale, les questions religieuses ne doivent appartenir qu'aux savants, et la société entière doit être soumise à la volonté Divine et à ses ordres, car le but de la religion n'est que de donner aux hommes les moyens pour vénérer Dieu. Ceci avant tout pour préserver la Umma (2) de toute innovation superstitieuse « Bid’a » contraire au principe de l'Islam et qui pourraient mettre en péril l'application de la religion.

    D’un point de vue dogmatique ou théologique, Al-Ghazali, considéra l'homme vertueux, comme celui qui renonce aux richesses de ce monde pour l'aspiration à la vie future; celui qui se sépare de ses biens, vit en ermite, et préfère le jeûne. Il s'abandonne totalement à Dieu et fait preuve d'une patience totale en s’éloignant de tout sentiments belliqueux.

    A sa mort, Al-Ghazali est l'auteur d'un nombre considérable d'œuvres, traitant de thème aussi divers que le droit islamique, l'ésotérisme Soufi, la Théologie ou la métaphysique. Parmi ces œuvres, « La délivrance de l’erreur », constitue une forme d’introduction au Soufisme, dont voici un extrait :

    « Ma période de retraite a duré environ dix ans, au cours desquels j’ai eu d’innombrables, d’inépuisables révélations. Il me suffira de déclarer que les mystiques (soufis) suivent, tout particulièrement, la Voie de Dieu. Leur conduite est parfaite, leur Voie droite, leur caractère vertueux….Que dire d’une Voie où la purification consiste, avant tout, à nettoyer le cœur de tout ce qui n’est pas Dieu ; qui débute (au lieu de l’ « état de sacralisation » qui ouvre la prière) par la fusion du cœur dans la mention de Dieu ; et qui s’achève par le total anéantissement en Dieu ? »

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 1430 fois
     

     

    (1) Se référer à notre article sur les Hadiths >>
    (2) Communauté des croyants.

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4120600
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC