• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Les principaux Anges en Islam
  • Démarche conversion
  • La Mort dans l' Islam
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    Autres figures célèbres de l’anticolonialisme

    L’Islam est une religion qui englobe tout les compartiments de l’existence. Véritable guide de vie, elle a fait prendre conscience à nombre de musulmans que le chemin spirituel vers Dieu et la félicité était parsemé de nombreuses embuches dont certaines se situaient sur le champ social et psychologique, telles les idées et modes de vie propagés par l’Occident, et qui sont généralement aux antipodes complètes des principes de vie qui régissent l’Islam. C’est sur ces bases que s’articula la résistance à l’envahisseur occidental et sa civilisation matérialiste, dont les influences et menaces les plus redoutées ne furent pas que militaire, mais surtout socioculturelles et philosophiques.

    Prince Rashed Al-Khuzai de Jordanie

    Né en 1850 dans la ville de Kufranjeh au centre de la tribu des Alfraihat, Rashed Al-Khuzai a été durant son enfance éduqué à son domicile, dans les principes de la religion et l’étude du Coran et de sa préservation par de nombreux érudits. Il fut donc dès son plus jeune âge mis en contact avec les principes de justice inhérent au texte coranique et à l’importance de maintenir liés les liens qui unissent les musulmans au sein de la Ummah.

    Aussi, lorsque la Lybie est attaquée par les envahisseurs italiens en 1923, Rashed Al-Khuzai fut le seul à pourvoir un support direct aux troupes d’Omar Al Mukhtar (1), en apportant les fonds nécessaires à l’effort de guerre, de même que les armes et les munitions pour équiper les troupes de la résistance Libyenne. Il envoya également quelques unes de ses troupes en renfort, ce qui renforce encore plus cette vision panarabe qui occupait l’esprit de Rashed Al-Khuzai.

    Ce dernier apporta également son aide à la révolution Palestinienne de 1936 : « La Révolution d’Izz el-Deen al-Qassam », en pourvoyant directement une protection aux rebelles palestiniens, aux civils palestiniens et leur base située dans la région montagneuse d’Ajloun, en envoyant des armes et des ravitaillements, et en rencontrant directement les dirigeants palestiniens Sheikh Izz el-Deen al-Qassam et Hajj Amin al-Husseini.

    Abushiri ibn Salim al-Harthi

    Abushiri est connu principalement pour la révolte qu’il mena contre les compagnies allemandes de l’Est de l’Afrique dans ce qui représente l’actuelle Tanzanie. Il est notamment connu qu’il réussit à unir les tribus africaines et les leaders arabes locaux contre le colonialisme germanique.

    La révolte menée par Abushiri fut lancée le 20 Septembre 1888, et les compagnies locales germaniques, incapables de résister face à la résistance Arabe, demandèrent rapidement assistance auprès du gouvernement Allemand. Le chancelier Otto von Bismarck envoya alors le commissaire du Reich Hermann Wissmann, qui réussit, avec l’aide de forces navales qui bombardèrent les villes côtières tanzaniennes jour et nuit, et bloquèrent les ravitaillements des rebelles, à récupérer les territoires cédés auparavant aux troupes d’Abushiri.

    Malheureusement pour ce dernier, l’alliance qu’il avait effectué avec les troupes arabes locales finit par se briser, ces derniers refusant davantage de pertes, même au nom de la libération de leur territoire du colonialisme germanique. Abushiri dut donc engager des mercenaires arabes pour défendre la ville de Jahazi, qui finit par être prise par les troupes de Wissmann le 8 mai 1889. Abushiri réussit à s’échapper après la déroute de son armée et s’enquerra de trouver de nouvelles troupes, mais ses nouveaux assauts contre Dar es Salaam et Bagamoyo restèrent lettre morte, les forces allemandes étant largement supérieures en armes et en nombre.

    La volonté de justice et la témérité d’Abushiri finirent d’ailleurs par lui coûter la vie, quand le 15 Décembre 1889, il fut remis aux autorités allemandes par des membres des tribus locales tanzaniennes, et exécuté peu après dans la ville de Pangani.

     

                   Page : 1 | 2            Page Suivante

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4127328
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC