• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Témoignage convertis
  • Démarche conversion
  • Les principaux Anges en Islam
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    Ashraf Dehghani

    Ashraf Dehghani, née en 1948 dans une famille pauvre de l’Azerbaïdjan, est connue pour être la femme la plus célèbre du mouvement communiste révolutionnaire iranien O.F.G.P.I., une organisation de guérilleros qui s’opposait alors à la dictature du Shah d’Iran.

    Durant son enfance, Ashraf fut déjà confrontée au régime dictatorial du Shah, lorsqu’en classe elle s’enquerra d’expliquer à ses camarades dans une lettre les origines de la prise du pouvoir du Shah d’Iran et de l’iniquité que ceci représentait aux regards des idéaux de justice et de liberté auxquelles elle aspirait. Cette lettre fut rapidement saisie par son professeur principal, et elle dut promettre de ne plus jamais s’investir dans les affaires politiques de son pays.

    En février 1963, avec quelques amis ayant les mêmes aspirations révolutionnaires, elle décide de fonder l’O.F.G.P.I. (Organisation Fédéral des Guérilleros du Peuple Iranien). En 1966, lorsque le camarade Hassan Zia-Zarifi rejoint le mouvement de résistance, les guérilleros décident d’un commun accord que l’impérialisme américain présent en Iran et la répression que cela provoque sur la liberté de pensée doit être combattu par la force.

    Aussi, le 8 Février 1971, le groupe de résistant décida de s’attaquer au poste de gendarmerie du petit village de Siakhal. Malheureusement, le manque d’organisation du mouvement conduit à une rapide arrestation des membres de l’O.F.G.P.I., dont Ashraf Dehghani elle-même.

    Une fois arrêtée, elle fut jetée en prison, et torturée pour sa « rébellion envers le gouvernement du Shah » durant deux années, jusqu’à son évasion. Cet épisode traumatisant de sa vie l’amena à écrire le livre « Torture et Résistance en Iran », qui illustre et documente les évènements avant et après son arrestation. En 1979, à cause de dissensions entre Ashraf Dehghani et l’O.F.G.P.I., concernant l’attitude et la politique à adopter vis-à-vis du gouvernement du Shah, elle décide de quitter l’organisation pour en former une nouvelle, la F.G.P.I. (Fédération des Guérilleros du Peuple Iranien).

    Khasan Israilov

    Né en 1910 dans le petit village de Nachkha dans la province du Galanchokh, dans l’actuelle Tchétchénie, Khasan Israilov a grandi en suivant une éducation islamique avant de rejoindre les jeunesses du parti communiste en 1919. Après une éducation générale dans des écoles communistes, il rejoint définitivement le parti communiste en 1933 et est envoyé à l’université de Moscou pour y étudier la diplomatie, le droit et les théories marxistes et léninistes de l’union soviétique.

    Cependant, malgré toute la propagande idéologique qu’il subit depuis son enfance, Khasan Israilov se rend compte de l’injustice dont fait preuve l’empire soviétique vis-à-vis des régions du Nord du Caucase, et il n’hésite d’ailleurs pas, en tant que journaliste au « Krestianskaia Gazeta », de dénoncer cet état de fait dans ses articles. Mais c’est surtout son article accusant certains membres éminents du parti de corruption, qui valut à Khasan Israilov d’être arrêté en 1931 et envoyé en prison pour une peine de dix années, qui sera finalement commuée en deux années après qu’il fut établi que les faits révélés à travers son article étaient authentiques et que les coupables furent condamnés.

    A son retour à Moscou, Khasan Israilov rencontra d’autres étudiants et ils établirent d’un commun accord, face à la montée de l’injustice envers les populations Tchétchènes et Ingouches dans les régions du Nord du Caucase, que les habitants n’allaient pas tarder à se soulever. Aussi, en 1935, lorsque Khasan Israilov fut retrouvé présent sur une pétition critiquant ouvertement le présence soviétique dans le Nord du Caucase, il fut condamné à 5 ans de travaux forcés en Sibérie. A sa sortie de prison, il décida de prendre définitivement ses distances avec le parti soviétique russe et s’en retourna dans sa Tchétchénie natale travailler comme avocat.

    En 1940, alors que la résistance finlandaise réussissait l’exploit de repousser l’invasion russe au moyen de tactique de guérillas et d’assauts éclairs sur les troupes de l’armée rouge, Khasan Israilov décida de s’inspirer de cette victoire en écrivant une lettre au parti communiste Tchétchène, leur intimant son intention de combattre la présence russe en Tchétchénie, au nom de la liberté et du combat contre l’injustice subie par les populations locales.

    Le 28 Janvier 1942, alors qu’il avait déjà réussit à rassembler un nombre important de combattants au sein de son groupe de résistants, Khasan Israilov pris la décision de s’allier avec d’autres groupes ethniques du Caucase, se basant sur une vision panislamique du conflit, qui imposait ainsi le combat aux musulmans contre la barbarie bolchevique et le despotisme russe.

    Malheureusement, en 1943, avec les victoires successives russes sur l’Allemagne nazie, et la défection de nombreux résistants vers la Russie en échange d’une amnistie, Khasan Israilov dut se rendre compte que son combat touchait à sa fin. Staline, afin de s’assurer la main mise sur les champs pétrolifères tchétchènes, décida de déporter massivement les populations du Nord du Caucase, et d’éliminer toutes personnes jugées « intransportables » ou « inutiles ». Bien qu’il ait réussi à échapper à la déportation, Khasan Israilov fut officiellement reconnu comme décédé par l’armée soviétique le 29 Décembre 1944, une photo de son corps ayant été formellement identifiée. Ceci n’empêche pourtant pas les tchétchènes jusqu’à nos jours, de se revendiquer de sa filiation et de continuer le combat contre la présence russe dans le Caucase Nord.

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 5643 fois
     

     

    Page Précédente                Page : 1 | 2           

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4512589
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC