• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Démarche conversion
  • Les interdits en Islam
  • Les principaux Anges en Islam
  • La Mort dans l' Islam
  • X-Poll
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...
  •  Imprimer

    Le califat Fatimide

    Durant le règne du califat Abbasside, ce dernier du faire face à la montée en puissance d’une autre puissante dynastie, les Fatimides, qui disposa d’une influence conséquente et régna en Afrique du Nord pendant près de deux siècles. Le califat Fatimide a également ceci de particulier qu’il constitue le quatrième et dernier califat Arabe (le califat suivant étant celui des Ottomans, d’origines Turques).

    Origine

    La dynastie des Fatimides a été fondée par ‘Ubayd Allâh al-Mahdî (873-934), imam de confession chiite de la secte des Ismaéliens (1), et qui se prétendait descendant du prophète Muhammad (PBSL) par l’union de sa fille Fatima as-Zahra (d’où le terme « Fatimide » puise son origine donc) et de son cousin, Ali ibn-Abu-Talib. C’est en 909 qu’‘Ubayd Allâh pris officiellement le contrôle de l’Ifriqiya (zone correspondant alors à l’actuelle Tunisie et l’Est de l’Algérie).

    Une fois arrivée au pouvoir, le premier calife Fatimide se désigna comme objectif de reprendre la province Egyptienne voisine, afin d’y établir la future capitale de son nouveau royaume. Son influence religieuse ainsi que sa supposée parentée avec le prophète de l’Islam (PBSL), conjuguée à la perte progressive de contrôle du califat Abbasside sur son propre territoire, permis au calife ‘Ubayd Allâh d’envisager une extension rapide des frontières de l’empire Fatimides dans les temps à venir.

    Montée en puissance

    Avant de conquérir l’Egypte, ‘Ubayd Allâh commenca par prendre contrôle de toute la partie centrale du Maghreb, zone constituée alors de l’actuel Maroc, de la Tunisie, de l’Algérie, et de la Libye. La capitale de son royaume était alors la ville de Mahdia (actuelle Tunisie).

    L’armée fatimides entra ensuite en Egypte vers la fin de l’année 900 et remporta une victoire décisive contre la dynastie des Ikhchidides, permettant l’établissement en 969 de la nouvelle ville du Caire (de l’arabe Al-Qahîra – la victorieuse), désormais capitale du royaume Fatimide. La ville du Caire fut d’abord construite dans l’optique de servir de demeure royale pour le calife et se proches, ainsi que son armée. Ainsi les autres villes plus importantes, tel que Fustat, continuèrent à servir de relais administratifs et économiques de l’Egypte.

    Après la conquête de l’Egypte, les Fatimides continuèrent leurs raids vers l’Est, leur permettant de prendre rapidement contrôle de la Syrie, du Liban, du Yemen ainsi que de la Sicile et du sud de l’Italie. Afin d’assurer la pérennité de leur royaume, les Fatimides utilisèrent l’avantage géographique de l’Egypte, située au cœur de leur nouveau royaume, pour renforcer les échanges commerciaux entre les différentes provinces annexées, ainsi que dans l’océan indien, et même jusqu’aux portes de la Chine.

    Contrairement à la majorité des gouvernements existants à leur époque, les Fatimides ont toujours privilégié le mérite à l’hérédité, en ce qui concernait l’obtention d’une fonction officielle au sein de l’état. Aussi, il arrive que même des officiers d’obédience sunnites soient nommés à des fonctions importantes, ainsi que des chrétiens ou des juifs, s’il était reconnu que ces derniers disposaient des compétences nécessaires à la bonne marche de leur fonction. Seul le calife Fatimide Al-Hakim bi-Amr Allah (996-1021) se montra réticent à reconnaître une quelconque légitimité pour les non-chiites, à occuper une quelconque place officielle dans le gouvernement. Cette attitude à l’égard des personnes de confessions non-chiites alla même jusqu’à la non-reconnaissance des califes Abu Bakr, Umar et Uthman, accompagné de l’ordre de les maudir publiquement, ainsi que la persécution des minorités chrétiennes et juives.

    (1) Se référer à notre article sur cette secte de l’Islam >>

     

                   Page : 1 | 2            Page Suivante

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 3954427
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC