• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • La Mort dans l' Islam
  • Les principaux Anges en Islam
  • Démarche conversion
  • Témoignage convertis
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    Le Coran : Miracle Ultime (Partie I) :

    Une révélation désordonnée

    La manière dont s’est déroulée la révélation coranique est déjà à elle seule un miracle. Il ne s'agit pas ici uniquement de la venue de Gabriel à Muhammad (PBSL) pour lui annoncer sa mission divine, mais également du processus de révélation par Dieu du Coran au prophète.

    Le fait que Muhammad soit un illettré « Oummi » ne sachant pas même écrire son nom n’est pas un fait nouveau et même des non pratiquants connaissent ces faits. Par contre, hormis les musulmans, peu de personnes savent que le Coran, dans la forme où il est construit actuellement (114 sourates), est bien distinct de la façon dont il fut révélé au prophète pendant les 23 ans qui suivirent l’annonciation de sa mission prophétique.

    En effet, le Coran fut révélé dans un ordre non successif, les versets descendants dans un ordre uniquement en rapport avec les événements qui se déroulaient au moment de la révélation.

    Par exemple, les nombreux versets concernant la bataille de Badr n’ont été répertorié par les scribes que peu de temps après cette dernière. D’autres concernant des épisodes de la vie du prophète sont descendus pour le conforter dans sa mission ou pour parfois lui rappeler les responsabilités dues à son statut prophétique.

    En effet les versets suivants, provenant de la Sourate 80 (Il s'est renfrogné), sont un rappel à l'intention du Messager de Dieu, qui avait réprimandé un aveugle du nom de Ibn Um Maktûm :

    1. Il s'est renfrogné et il s'est détourné
    2. parce que l'aveugle est venu à lui.
    3. Qui te dit : peut-être [cherche]-t-il à se purifier ?
    4. ou à se rappeler en sorte que le rappel lui profite ?
    5. Quant à celui qui se complaît dans sa suffisance (pour sa richesse)
    6. tu vas avec empressement à sa rencontre.
    7. Or, que t'importe qu'il ne se purifie pas ...
    8. Et quant à celui qui vient à toi avec empressement
    9. tout en ayant la crainte,
    10. tu ne t'en soucies pas.
    11. N'agis plus ainsi ! Vraiment ceci est un rappel –


    Sourate 80 : ABASA (IL S'EST RENFROGNÉ)

    Enfin, Le rassemblement du livre dans la forme que nous lui connaissons n’eut lieu que peu de temps avant la mort du prophète, l’ordre ayant été établi par le prophète lui-même, qui sous ordre de Dieu enseigna à ses compagnons la façon de répertorier et de classer les versets. C’est ainsi, que fut construit le Coran.

    Le Coran, une révélation divine

    Comment des phrases/versets, révélés dans un ordre aléatoire, peuvent-ils donner, une fois rassemblés, un livre ne contenant aucune contradiction ou aucune erreur dans sa totalité ?

    Si quelque personne qu’elle soit, répète mentalement pendant une vingtaine d'années une ou plusieurs phrases par semaine, sans jamais se rétracter, il est fort peu probable que le résultat donne un livre cohérent.

    Un lecteur attentionné fera alors la remarque suivante : « Et si Muhammad avait construit le livre bien auparavant et n’avait fait que lire dans un ordre qu’il avait lui-même convenu les phrases de son livre ? »

    Cette hypothèse serait envisageable, si Muhammad (PBSL) n’était pas lui même illétré (et même le plus athée des historiens vous le confirmera) et qu’il était le seul à donner les versets de la révélation à ses scribes. Et même, s’il avait voulu révéler son propre livre dans un ordre choisi, il aurait sûrement, vu la somme colossale de phrases contenues dans le Coran, du remanier son texte quelques fois ou encore oublier des phrases. Or le Coran dispose d’une structure littéraire parfaite, non entachée par quelconque erreurs de styles ou de construction littérale.

     

    (1) Muhammad (PBSL) dialoguait avec un notable de Quraych, dans l'attente de sa conversion, et fut interrompu par Ibn Um Maktûm, musulman depuis longtemps, et qui le questionnait avec insistance. Muhammad (PBSL) prit l'air sévère devant Ibn Um Maktûm, et se détourna de lui.

     

                   Page : 1 | 2 | 3 | 4            Page Suivante

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4104438
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC