• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Démarche conversion
  • Les principaux Anges en Islam
  • Les interdits en Islam
  • La Mort dans l' Islam
  • X-Poll
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...
  •  Imprimer

    Sionisme et Evangelisme Protestant : l’Alliance

    Influence des Sionistes Chrétiens sur la politique américaine et sur le reste du monde

    Les Européens, notamment les Français, connaissent mal sinon pas du tout la force politico-religieuse que représentent les Sionistes Chrétiens américains. De ce fait ils n'attribuent pas l'attention nécessaire à ce mouvement, qui a pesé sur la politique intérieure et extérieure américaine depuis des décennies.

    En France, dans une tradition laïque bien implantée, y compris chez les catholiques, on n'imagine pas qu'un mouvement qui de l'extérieur ressemble beaucoup à une secte puisse exercer une influence quelconque lors des élections, en favorisant des candidats pénétrés de sa doctrine et décidés à dicter leurs choix aux gouvernements. Si les mouvements politiques français se méfient des fondamentalismes religieux, c'est surtout – non sans raisons d'ailleurs – des fondamentalismes islamiques. De plus, la peur, justifiée par l'histoire, de paraître favoriser la résurgence de l'antisémitisme, empêche de critiquer des agitateurs qui, bien que chrétiens (évangélique) affichent ouvertement leur « amour » d'Israël et leur volonté de défendre par tous les moyens son existence. Ceci même alors que beaucoup d'Israéliens modérés souhaiterait se distinguer d'alliés aussi encombrants et aussi dangereux.

    Le sionisme chrétien est le nom donné à la croyance d'un certain nombre de chrétiens, en particulier de protestants fondamentalistes, selon laquelle la création de l'État d'Israël en 1948 est en accord avec les prophéties bibliques, et prépare ainsi le retour de Jésus sur Terre comme Christ triomphant de l'Apocalypse.

    Cette croyance se distingue du sionisme juif par son ancrage dans une vision religieuse et non politique du monde. Les sionistes chrétiens sont persuadés que le retour de Jésus provoquera la conversion des Juifs. Ce sionisme se marie donc paradoxalement avec une certaine forme d'antijudaïsme. Cette croyance se distingue aussi du soutien traditionnel et non-messianique au sionisme de nombreux chrétiens n'ayant pas volonté de convertir les juifs à terme. Il s'agit pour eux d'un engagement moral et politique, et non évangélique.

    Le terme « Sionisme chrétien » rassemble donc un ensemble de groupes ultra fondamentalistes, croyant que la judaïsation de la Palestine historique (Israël et les territoires palestiniens) est une obligation divine qui ramènera Jésus sur terre, fera définitivement de lui le Christ ou messie et assurera le triomphe du christianisme lors de l'apocalypse.

    Les racines du sionisme chrétien se trouvent dans plusieurs livres de la Bible, en particuliers dans les visions apocalyptiques du livre de Daniel, et du livre d'Ézéchiel, ainsi que dans l'Apocalypse du Nouveau Testament. Les visions uniquement spirituelles et poétiques pour la majorité des croyants sont interprétées par ces sionistes chrétiens en réalité géopolitique.

    Comme tous les protestants, ces fondamentalistes accordent une grande importance à l'Ancien Testament mais en font une lecture littéraliste. Ils n'admettent pas la critique historique des textes qu'ils lisent, textes qu'ils interprètent dans une perspective messianique et apocalyptique. Pour eux, les évènements historiques sont à lire suivant un scénario qui conduit obligatoirement à la fin des temps et à la rédemption. Politiquement, ils gèrent des sommes considérables, mobilisent des millions de fidèles et utilisent systématiquement les techniques les plus modernes pour hisser les fidèles jusqu'à l'extase et recruter de nouveaux adeptes dans tous les milieux. Ils n'hésitent pas à s'immiscer, y compris par la force, dans les pays à l'équilibre politique fragile, sans crainte de provoquer des séismes qui, comme indiqué ci-dessus, leur donnent la certitude rassurante qu'ils hâtent l'Armagedon.

    Nous avons déjà montré que ce catastrophisme apocalyptique a inspiré et continue d'inspirer nombres de positions diplomatiques et militaires dont en Europe l'on s'étonne qu'elles puissent être prises par un gouvernement raisonnable, à la tête d'un grand pays scientifique. Les erreurs imputées aux néoconservateurs ou à des gouvernants tels Bush et Cheyney ne sont pas à leurs yeux des erreurs, même la guerre en Irak, même les provocations à l'égard de l'Iran, de la Russie et de la Chine. Il s'agit de processus indispensables pour hâter le chaos final.

    Relations israëlo-américaines :

    Mais c'est plus particulièrement dans le cadre des relations israélo-américaines que le lobby Sioniste Chrétien a fait et continue de faire le plus de dégâts. S'appuyant sur une majorité d'Israéliens désespérément à la recherche d'alliés, ils ont pratiquement bloqué toutes les tentatives de négociations entre les Palestiniens et les Israéliens. Ils ont également saboté les interventions médiatrices des Européens ou des Etats arabes modérés.

    Nous ne pouvons traiter ici plus en détail la question très importante de l'influence croissante des Sionistes Chrétiens sur la politique intérieure et extérieure des Etats-Unis, comme sur l'avenir des relations entre Israël et les Palestiniens. On trouvera dans le livre de John Mearsheimer et Stephen Walt, Le Lobby pro_israélien et la politique étrangère Américaine, Farrar, Strauss and Giroux 2007 une analyse détaillée de l'histoire du lobby sioniste et de sa composante le lobby Sioniste Chrétien. Les deux ne se recouvrent pas entièrement mais disposent de fortes adhérences.

    Enfin, pour changer de registre, que peut-on en Europe attendre du Vatican qui, manifestement, n'apprécie guère les menées conquérantes des églises évangéliques et de leurs composantes Sionistes Chrétiennes ? Le Pape ne s'est pas encore semble-t-il clairement engagé contre elles en son nom propre. Mais il semble que l'affaire inquiète beaucoup la Curie. On notera que l'Eglise catholique d'Orient, l'Eglise orthodoxe, l'Eglise épiscopale et l'Eglise évangélique luthérienne, par la voix de leurs responsables locaux, ont publié le 22 août 2006 un document œcuménique, la « Déclaration de Jérusalem sur le sionisme chrétien» rejetant cette doctrine : « Le sionisme chrétien est un mouvement politique théologique moderne qui adopte les positions idéologiques les plus extrêmes du sionisme, nuisant ainsi à l'établissement d'une paix juste entre la Palestine et Israël. [...] Dans sa forme extrême, il met l'accent sur des évènements apocalyptiques conduisant à la fin de l'histoire plutôt qu'au vécu actuel de l'amour du Christ et de la justice »…

    Et la Bible dit : En Israël du pétrole tu chercheras :

    John Brown est persuadé qu’il va trouver du pétrole en Israël. Il n’a pourtant ni piste scientifique ni expérience particulière en matière de forage. C’est un novice de l’industrie énergétique. Mais il l’a lu dans la Bible : il y a du pétrole dans la plaine de Maanit, au nord-est de Tel-Aviv, là même où il vient d’entreprendre ses forages. “Dieu m’a fixé un objectif : aider Israël à obtenir du pétrole”, déclare ce born-again Christian en feuilletant les Saintes Ecritures. Brown explique qu’une inspiration divine l’a incité à fonder sa propre compagnie, Zion Oil, afin d’aider Israël à accéder à l’indépendance énergétique. “Je suis convaincu que Dieu m’a parlé”, dit-il.

    De nombreux chrétiens évangéliques américains sont de fervents partisans d’Israël sur le plan politique. Ils s’efforcent de convertir le plus de juifs possible au christianisme afin de préparer le retour du Christ et, croient-ils, la fin du monde.

    D’autres chrétiens évangéliques ralliés à la cause d’Israël voient dans cette prophétie pétrolière une arme potentielle mise à la disposition de l’Etat hébreu dans sa lutte contre des voisins hostiles. Jan Willem Van der Hoeven, directeur de l’International Christian Zionist Center, à Jérusalem, affirme quant à lui que ce verset de la Genèse est une menace adressée aux producteurs de pétrole arabes. “Le verset de l’abîme en bas est un signe d’espoir que Dieu renverra au visage de ceux qui utilisent le pétrole comme une arme”, martèle-t-il. Mais il n’y a pas que la Genèse qui ait guidé Brown jusqu’à Maanit. Le Deutéronome (33 : 24) montre également le chemin avec les mots : “Béni soit Asher entre tous les fils ! Qu’il […] baigne ses pied dans l’huile.” (Leah Krauss - USA Today)

    L’engagement en faveur d’Israël :

    Les chrétiens ont eu une part importante dans le soutien au peuple juif de la restauration de "Sion". Au sein de la tradition millénariste la conviction que les Juifs reviendraient à la Palestine est devenue un important dogme. Comme prémillenialisme gagné du terrain au cours du XIXe siècle, formant le noyau du début du mouvement fondamentaliste, les adhérents ne croyaient pas que le peuple juif reviendra, mais aussi vocalement en faveur du droit des Juifs à être restaurés dans leur patrie.

    Avant même que Theodor Herzl's Der Judenstaat fondamentalistes - évangélique William Blackstone E prôné le rétablissement d'un Etat juif et fait circuler une pétition demandant instamment les États-Unis à retourner la terre de Palestine au peuple juif. Le Blackstone Pétition de 1891 a été signé par 413 suspens dirigeants chrétiens et juifs et par le département d'Etat a été distribué aux principales nations du monde. Au cours de la Première Guerre mondiale, Blackstone a exhorté une nouvelle pétition sur Woodrow Wilson, et en 1918 il a été invité à répondre à un sioniste massive réunion à Los Angeles.

    Les autres chrétiens, comme Herzl l'ami intime William H Hechler, travaillé avec diligence afin de promouvoir le sionisme politique comme l'ultime solution à la question juive. Hechler essayé d'encourager les chefs d'Etat (y compris le sultan turc qui contrôlait la Palestine) pour soutenir les propositions de Herzl, et il a accompagné Herzl à la Palestine en 1898 pour y rencontrer le kaiser. Le soutien actif de ces sionistes chrétiens dans de nombreux pays, influencé l'action politique, et même de la Déclaration Balfour de 1917 était le produit d'religieux ainsi que l'activité politique. Individuel sionistes chrétiens provenaient d'un large éventail de traditions théologiques. Même Protestantisme libéral, qui a toujours opposé le sionisme, ont contribué par l'intermédiaire d'organisations ecclésiastiques comme le Conseil chrétien de la Palestine au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

    Néanmoins, en raison de leur premillennial eschatologie fondamentalistes évangélistes ont été particulièrement favorables à la restauration du peuple juif en Israël et d'Israël lui-même au XXe siècle. Dans sa revue Notre Espoir, Arno C Gaebelein préconisé de 1894 à 1945 que le peuple juif n'est pas seulement revenir à la Palestine, mais qu'ils ont un droit inhérent à la terre aussi bien. Quand Israël est devenu un état en 1948, l'esprit prophétique chrétiens estimaient que c'était un miracle de Dieu. Dans les années 1960, le protestantisme libéral appelé à "l'internationalisation" de la ville de Jérusalem, mais les fondamentalistes évangéliques, a déclaré que la Bible lui a donné au peuple juif. Après la Guerre des Six Jours 1967 du Conseil national des Eglises a dénoncé l'annexion par Israël de la vieille ville de Jérusalem. En revanche, les fondamentalistes évangélistes se sont réjouis et ont insisté pour que Dieu avait fait en sorte que le peuple juif est venu en tête en dépit monde de l'oppression et de l'obstacle.

    Le 30 octobre 1977, Billy Graham renforcée décennies de soutien à Israël en s'attaquant à la réunion du Conseil exécutif national du Comité juif américain et appelant à l'engagement renouvelé des États-Unis de l'existence et la sécurité d'Israël. Au Congrès du Bicentenaire de la Prophétie à Philadelphie l'année précédente, une proclamation en faveur d'Israël a été signé par onze éminents fondamentalistes évangélistes. Elle s'est rapidement reçu sept mille signatures supplémentaires, et a été présenté à l'ambassadeur de l'Etat d'Israël. Des déclarations de soutien ont également paru dans les journaux des annonces pleine page, plusieurs dans le New York Times. (DA Rausch Elwell Evangelical Dictionary)

    Bibliographie

    H Fishman, protestantisme américain et un État juif; DA Rausch, le sionisme à l'intérieur de la petite fondamentalisme américain.
    http://mb-soft.com/believe/tfxtm/czionism.htm

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4008570
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC