• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • La Mort dans l' Islam
  • Témoignage convertis
  • Le prophète Joseph
  • Les interdits en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    L’évangile de Barnabas, écriture authentique ou non ?

    Barnabas (ou Barnabé – mort en 60 après JC) est unanimement considéré comme un saint par l’ensemble du corps de l’église catholique romaine. Ce disciple de Jésus, bien que ne faisant pas partie de la liste de 12 apôtres officiels, à relativement contribué à la propagation de la parole du Christ en méditerranée, avec Paul de Tarse (plus connu sous le nom de Saint Paul par les chrétiens).

    Barnabas reste surtout connu pour l’Evangile qui lui est associé, et est considéré comme un récit apocryphe musulman par l’Eglise catholique, suite au concile de Nicée en 325.

    Cet écrit rédigé en langue hébraïque, a longtemps intéressé les savants musulmans du fait que le prophète Jésus (PBSL) y mentionne à de nombreuses reprises le prophète Muhammad (PBSL), comme étant son successeur à venir dans la prophétie (ce qui corrobore le verset coranique 157 de la sourate 7, annonçant la venue de Muhammad (PBSL) à travers la Bible).

    La première fois qu’il est fait à nouveau mention de cet Evangile en Occident, est en l’an 1709 par JF Cramer qui montra une traduction italienne de l’Evangile à John Tolan, ainsi que sa propre traduction en Espagnol. Quand est-il réellement ? L’évangile de Barnabé est-il un récit véridique attribué au prophète Jésus, où s’agit-il simplement d’un évangile « musulman », dont le but est de faire de la propagande en faveur de l’Islam.

    La théorie du contre

    Les partisans actuels du caractère apocryphe de l’Evangile de Barnabas trouvent l’origine de leur argumentation en quasi-totalité au sein des travaux de Louisdale et Laura Ragg, des évangélistes écossais envoyés en Inde vers le début du XXième siècle. Ces derniers, après avoir approché puis traduit en Anglais le fameux évangile, rédigèrent leur critique lapidaire qui fut publiée en 1907.

    Ainsi, pour les Ragg, Barnabas a écrit, à travers son évangile, une version romancée de la vie de Jésus, précédée d’un prologue à l’encontre de Paul de Tarse. Le contenu même de l’ouvrage était épuré de tout ce qui pouvait laisser paraître un caractère surhumain à Jésus.

    Selon les Ragg, Barnabas semble parodier les quatre évangiles dont il se serait inspiré, pour écrire un récit donnant une vision de Jésus corroborant exactement les écritures coraniques. Jésus ne pourrait donc faire ses miracles que par la permission de Dieu et chaque épisode repris des Evangiles étaient modifiés en ce sens.

    Ensuite, d’un point de vue géopolitique, les forces armées romaines, ainsi que les positions politique adoptées par les différentes forces en présence, sont encore incohérentes. Ainsi, Barnabas parle dans un de ces récits de la présence de 3 armées d’environ deux-cent milles hommes, dirigées respectivement par le Grand prêtre, Pilate et Hérode.

    Les auteurs pointent enfin de nombreuses erreurs grossières concernant la géographie de la Palestine à l’époque de Jésus. L’exemple le plus flagrant étant le récit de la traversée du lac de Tibériade, au cours de laquelle Jésus mit fin à la tempête qui menaçait de faire couler le bateau. L’Evangile de Barnabas précise qu’ensuite, ils débarquèrent à Nazareth (chapitre 20) puis ensuite montèrent vers Capharnaüm (chapitre 21). Or c’est Capharnaüm qui précisément se trouve au bord du lac de Tibériade et c’est Nazareth qui se trouve à une altitude d’un peu plus de 700 mètres par rapport au lac.

    A la vue de tout ses arguments, il est effectivement envisageable que l’évangile de Barnabas puisse être le résultat d’une manipulation de son auteur vis-à-vis des écritures évangéliques dont il se serait inspiré. Cependant, il est également important de signaler que l’évangile de Barnabas n’est pas le seul dans ce cas, de nombreuses erreurs et invraisemblances étant présentes au sein de l’ensemble du texte biblique, pourtant reconnu comme d’inspiration divine par les Chrétiens.

     

                   Page : 1 | 2            Page Suivante

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4080175
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC