• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • La Mort dans l' Islam
  • Témoignage convertis
  • Les interdits en Islam
  • Les principaux Anges en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...


  •  Imprimer

    La bataille de Badr

    Ne pouvant supporter de vivre plus longtemps au crochet de leurs compagnons Ansârites, les Muhâjirûns qui avaient émigré avec le prophète de Dieu commencèrent à montrer au prophète de Dieu leur mécontentement du fait que l'Islam ne leur donnait pas encore le droit de répondre à l'agression dont ils faisaient l'objet dans leur biens, ou d'apporter une réponse au moins équivalente.

    La solution la plus simple pour rendre à Quraysh la monnaie de sa pièce était d'attaquer les caravanes d'Abu Sufyan, en provenance de Syrie, et surchargées de biens précieux et d'avoirs susceptibles de contenter les musulmans. Muhammad dépêcha deux émissaires, Talhah Ibn `Ubayd Allâh et Sa`îd Ibn Zayd afin que ces derniers localisent les caravanes et obtiennent le maximum d'informations sur ces dernières. Mais le prophète n'attendit pas le retour de ces derniers pour aller à la rencontre des caravanes, projetant de les intercepter à Badr.

    Abu Sufyan (1), averti des intentions de Muhammad (PBSL), décida de dévier la trajectoire de la caravane de son parcours initial et de prévenir la Mecque de l'attaque dont il risque de faire l'objet d'un moment à l'autre. Les Mecquois, alarmés, décident sous le commandement d'Abu Jahl (2) de marcher sur Badr pour mater les musulmans. Pour cela, entre 900 et 1000 hommes furent armés et dépêchés à la rencontre de l'armée du prophète, qui n'était elle composée que d'un peu plus de 300 hommes.

    Abu Sufyan, se sachant hors d'atteinte, envoya alors un émissaire demander aux Mecquois de rentrer en ville. Mais Abu Jahl, sachant qu'il pourrait obtenir une victoire rapide sur Muhammad (PBSL), campa sur ses positions et refusa de partir.

    La bataille de Badr allait ainsi commencer, ce 8 Ramadan de l'An 2 de L'Hégire (15 Mars 624). Le Coran commente d’ailleurs largement les événements de cette bataille dans de nombreux versets. Les musulmans apprirent rapidement la position et le nombre d'hommes qu'ils allaient devoir affronter le lendemain. Aussi, le prophète de Dieu (PBSL), sur les conseils d'Al-Hubâb Ibn Al-Mundhir, qui avaient connaissance de l'Art de la Guerre, décida de faire reposer son armée non loin des puits de Badr, afin que chacun puisse étancher sa soif, pour ensuite les boucher et ainsi priver d'eau les Mecquois.

    Lorsque l'armée d'Abu Jahl arriva en vue de celle de Muhammad (PBSL), ils demandèrent à ce dernier de faire sortir trois combattants parmi ses rangs pour qu'ils affrontent trois autres combattants de Quraysh en duel (3).

    `Ubaydah Ibn Al-Hârith Ibn `Abd Al-Muttalib, Hamza l'oncle du prophète et Ali furent choisis et affrontèrent respectivement Utbah Ibn Rabî`ah, son frère Shaybah et son fils Al-Walîd Ibn `Utbah. Ces dernières succombèrent rapidement face à la grande force d'Hamza, l'agilité et la bravoure d'Ali et la détermination d'`Ubaydah.

    Voyant le nombre et l'équipement impressionnant de l'armée Mecquoise, Muhammad (PBSL) retourna dans sa cabane, accompagné d'Abu Bakr, afin d'implorer Dieu de son secours. Puis il s'assoupit et à son réveil s'écria : "Bonne nouvelle, ô Abû Bakr ! Voici venu le secours de Dieu.". Il sortit ensuite donner la bonne nouvelle suivante à son armée : "Par Celui Qui détient l’âme de Muhammad, tout homme qui mourra au combat en étant patient, en ayant voué son combat à Dieu et en n’ayant pas tourné le dos à l’ennemi, Dieu l’admettra au paradis".

    Les musulmans, qui avaient déjà débuté la bataille, redoublèrent d'effort en vue de mériter le Paradis, et de venger les injustices dont ils furent l'objet. Abu Jahl fut tué, ainsi que Umayyah Ibn Khalaf, l'ancien maître de Bilal, qu'il avait tant maltraité. L'armée de Muhammad se battit avec un tel acharnement, que les Mecquois prirent la fuite, non sans avoir essuyé un nombre important de morts et de blessés. Muhammad (PBSL) ordonna que l'on rassemble le butin, en vu de le partager une fois sur la route de Médine. Chacun obtint une part égale, et deux autres furent réservées pour les deux émissaires Talhah Ibn `Ubayd Allâh et Sa`îd Ibn Zayd que Muhammad (PBSL) avait envoyé et qui étaient restés à Médine. Les héritiers de ceux morts en martyr à Badr reçurent également leur part.

    Muhammad (PBSL) ordonna que l'on traite convenablement les prisonniers, en attendant de savoir ce qu'il adviendrait de ces derniers. Abu Bakr lui conseilla de faire preuve de clémence, en les libérant ou en demandant rançon contre leur personne, à contrario d'Umar qui appela le prophète de Dieu à trancher le cou des dénégateurs. Finalement, le prophète de Dieu s'isola dans sa tente, réfléchit pendant une heure durant à la position à adopter, puis il fut rattrapé par la révélation d’un verset lui ordonnant le paiement d'une rançon pour chaque nuque de prisonnier.

    67. Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d'avoir prévalu [mis les mécréants hors de combat] sur la terre. Vous voulez les biens d'ici-bas, tandis qu'Allah veut l'au-delà. Allah est Puissant et Sage.

    Sourate 8 : AL-ANFAL (LE BUTIN)

    Les Quraychites, humiliés et contraints de payer les musulmans pour revoir leurs proches, décidèrent de faire de leur vengeance leur principale motivation à l'avenir, afin d'effacer en partie le triste souvenir de Badr.

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 646 fois
     

     

    (1) Un des notables les plus réputés de son temps, il fut longtemps opposé à l’Islam, avant de se convertir un peu sous la contrainte, après la conquête du prophète de la Mecque. Il est à l’origine de la dynastie des Omeyyades par son fils Muawiya.
    (2) Idolâtre convaincu et farouche opposant à l’Islam, son surnom « Abou Jahl » qui signifie « Père de l’ignorance », lui fit donné par les premiers musulmans qui subirent sa persécution.
    (3) Pratique courante dans la guerre de l’époque.

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4080576
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC