• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Démarche conversion
  • Les principaux Anges en Islam
  • La Mort dans l' Islam
  • Issa (Jésus) en Islam
  • X-Poll
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...
  •  Imprimer

    Les autres sectes de l’Islam

    En plus de connaître de nombreuses dissensions au sein de sa Oumma (1), à travers la multiplication de mouvements séparatistes chiites (Ismaélisme, Kaysanisme, …) ou de mouvements rigoristes comme le Kharidijsme, l’Islam a également engendré des mouvements sectaires comme le Babisme ou l’Ahmadisme. Aussi, il est important de présenter les différentes sectes non répertoriées dans les précédents articles, qu’elles soient encore actives ou non, afin de mettre en garde les croyants envers les dérives existantes au sein de la communauté des musulmans.

    La Nation de l’Islam

    Ce mouvement politico-religieux a été fondé en 1930 par Wallace Fard Muhammad (1877-1971), qui se déclara être le Madhi attendu par les musulmans, et même l’incarnation de Dieu sur Terre. Le représentant le plus connu médiatiquement de la « Nation de l’Islam » reste cependant son successeur, Elijah Muhammad (1897-1975), qui apportera au mouvement son ampleur et sa renommé mondiale, des années 1934 à sa mort.

    La connaissance de cette organisation nous vient également à travers la figure historique de Malcolm X, qui fut le principal porte parole de la « Nation de l’Islam » durant ces années de gloire, mais qui décida de la quitter après son retour de pèlerinage à la Mecque, en 1964, pour rejoindre l’islam sunnite, dégoûté par le profond racisme prôné par ce mouvement à l’encontre des personnes non noire.

    A la mort d’Elijah Muhammad, le mouvement reviendra à une pratique de l’Islam Sunnite, et abandonnera progressivement l’idéologie de ses origines, même si un noyau de réfractaires reprirent le nom de « Nation de l’Islam » pour perpétuer l’œuvre de son fondateur. L’actuel dirigeant du mouvement, Louis Farrakhan (1933), a d’ailleurs essuyé de nombreuses réactions houleuses vis-à-vis de ses discours enflammés à l’encontre des juifs et des chrétiens.

    Concernant ses croyances propres, la « Nation de l’Islam » soutient :
    - la supériorité de la race noire, sur la race blanche qui représente pour eux le diable. D’après leur croyance, un scientifique noir du nom de Yakub aurait ainsi créé la race blanche il y a plus de 6000 ans. Nous sommes donc à des milliers de kilomètres de la vocation universelle du véritable Islam.
    - la matérialité de Dieu, ceci à cause du matérialisme du monde dans lequel les êtres humains évoluent. Aussi, la divinité de Wallace Fard Muhammad est ainsi justifiée, ce dernier étant arrivé pour ramener le peuple noir à sa place d’ethnie dominante.
    - la réalité d’une résurrection de l’esprit, mais non du corps, contrairement à ce qui est enseigné dans le Coran

    Autre courants religieux égarés

    Dîn-i-Ilâhî : Ce courant religieux fut créé par l’empereur mongol Akbar, en 1582. D’après lui, il possèderait le statut particulier d’être le seul capable d’interpréter correctement le texte coranique et peut même s’opposer au sens du texte dans l’administration de son royaume, s’il le juge nécessaire. La présence également d’un culte solaire proche de celui pratiquait par le Zoroastrisme justifie la condamnation de ce mouvement par les courants orthodoxes de l’Islam. Cette secte n’a pas survécu à la mort de son instigateur, et est de nos jours considérée comme éteinte.

    Yazdânisme : Bien que pratiquant certains rites musulmans, la croyance principale de cette religion l’éloigne fondamentalement de l’Islam. Ainsi, les adeptes de cette religion croient en l’existence de sept anges dont le but est de protéger la terre de sept démons. Le nom de cette religion dérive d’ailleurs du mot Yazdâni, qui signifie culte des Anges. Cette religion était le culte principal pratiqué par la population Kurde du Moyen-äge, avant leur islamisation, cependant, un tiers de la population actuelle du Kurdistan continu de pratiquer le Yazdânisme, mais sous 3 formes différentes.
    Ces trois branches sont l’Alévisme, le Yârsânisme et le Yézidisme.

    Alévisme : Les adeptes de cette religion croit en Dieu, Muhammad (PBSL) qui représente la prophétie et Ali qui représente la sainteté. Leur Chahada est donc très proche de celle formée par les Chiites. Cependant, les Alévis croient également en une « Hiérarchie » céleste composée des Besler (Muhammad (PBSL), Fatima, Ali, Hassan et Husayn), des Onikiler (douze imams du chiisme duodécimain), des On dört masum-u paklar (quatorze enfants d’imams tués en bas âge et considérés comme purs) ainsi que les Kirklar (quarante entités cachés et qui ordonnent le monde.). De même, ils pratiquent un nombre de jeûnes très importants, tels que l’Hizir, pratiqué en l’honneur du vizir durant 3 jours, ou celui de Muharrem, commémorant le martyr de Hussein, et qui dure de 10 à 12 jours.

    Yârsânisme : Ces pratiquants se distinguent par leur vénération de la figure d’Ali, à l’image du Chiisme. Cependant, comme les autres croyances dérivées du Yazdânisme, ils ne sont pas considérés comme de véritables musulmans par les courants orthodoxes.

    Yézidisme : Cette croyance fondée par Adi ibn Mustafa au 12ième siècle dans un coin de l’actuelle Irak, résulte en un mélange de diverses religions, comme le témoigne la reprise du rite du baptême du christianisme ou la dualité entre le bien et le mal, qui est un des fondements du Zoroastrisme. Les adeptes croient en la divinité de « Malek Taous », un ange-paon qui aurait été créé par Dieu pour diriger le monde après sa création. Le Yézidisme est depuis ses débuts considéré comme une secte et fut activement combattu par les Irakiens.

    Motazilisme : Ecole de pensée théologique apparue au milieu du 8ième siècle, dont les enseignements visent à rapprocher la logique et le rationalisme avec le dogme islamique. Cette école issue du sunnisme sera ensuite abandonnée au 13ième siècle par ces derniers pour être reprise en partie par les Chiites. Le fondateur Wasil Ibn Atta, fut renvoyé de l’école de al-Hasan al-Basri et créera sa propre madhab (école juridique islamique) à Bassorah. Cette croyance devint même la croyance officielle sous les califats abbassides d’Al-Mamum (813-833), d’Al-Mutasim (833-842), et d’Al-Wathiq (842-847).

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 11161 fois
     

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4054779
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC