• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • La Mort dans l' Islam
  • Témoignage convertis
  • Le prophète Joseph
  • Les interdits en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    Le parti d’Ali, premier chiisme de l'Islam

    La succession à la mort du prophète

    A la mort de Muhammad (PBSL) en 632 après JC, de nombreuses contestations éclatèrent au sein de la communauté des musulmans dans la cité de Médine, quant au successeur à désigner.

    Alors que certains désignaient Abu Bakr Al Siddiq (1) ou Umar Ibn Al Kattab (2) comme successeurs potentiels, un groupe minoritaire prit comme position d’élire Ali, le jeune cousin du prophète de Dieu, comme légitime successeur de Muhammad (PBSL). Ce sont ces personnes, que l’on appellerait plus tard les « partisans d’Ali », ou « Chii’at Ali » (3)

    Néanmoins, après de longues discussions, il fut décidé que ce serait un membre de la Oumma, n’appartenant pas à la famille du prophète de Dieu (PBSL), qui serait désigné comme Calife, et le choix de la communauté se porta finalement sur Abu Bakr, ami intime du prophète (PBSL) désormais disparu. Abu Bakr fut désigné par un comité composé d’anciens compagnons de Muhammad (PBSL) parmi lesquels figuraient Umar Ibn Al Kattab et Uthman Ibn Affan (4). Tous pensaient en effet que ce musulman d’une extrême piété, bénéficiant d’immenses qualités comme sa grande générosité et son dévouement pour ses frères en religion, était à même de remplir parfaitement le rôle de Calife.

    Arguments en faveur de la succession d’Ali

    Selon les Chiites, la nomination au poste de Calife revenait naturellement à Ali, car il disposait de qualités indispensables pour assurer la succession au prophète de Dieu (PBSL), et qui peuvent être énumérées ainsi :
    - Il est membre de la famille de Muhammad (PBSL) « Min Ahl Al Bayt »
    - Son père Abu Talib a élevé et protégé le prophète de Dieu (PBSL) jusqu’à sa mort. (5)
    - Ali a épousé Fatima la fille de Muhammad (PBSL) (6), qui lui a d’ailleurs donné deux fils, Hassan et Hussein.

    Mais un des arguments les plus importants est que selon un hadith certifié par Al Boukhari, le prophète de Dieu (PBSL) aurait dit d’Ali : « Je suis la cité de la science et Ali est sa porte », ce qui conférerait à Ali un statut particulier du fait que le compliment soit venu de la personne du prophète (PBSL). Selon les chiites, Muhammad (PBSL) ayant été désigné comme prophète par Dieu, il serait normal que son successeur soit un homme dont Dieu inspire son choix au prophète.

    D’autres arguments, la plupart à consonance fallacieuse et dépourvus d’objectivité, donnent également à Ali une préséance dans la Oumma comme ceux qui font référence au fait qu’Ali aurait bénéficié, de par son compagnonnage avec le prophète de Dieu, de la « lumière Mohammadienne » ( Al-nour al-Mohammedi ) et qu’il aurait également eu l’accès au « Batin al-quran », c'est-à-dire au sens caché du Coran, alors que Muhammad (PBSL) n’aurait eu accès qu’au « Dhahir », soit le sens apparent du texte Divin.

    Ali relève ainsi pour son parti du caractère d’Imam infaillible, guide suprême de la Oumma disposant de connaissances supra rationnelles.

    Ces derniers arguments sont considérés erronés et comme très graves pour les Sunnites, dans la mesure où ils portent atteinte à l’image même du prophète Muhammad (PBSL) qui est le seul de par son statut de dernier prophète désigné pour l’humanité, à être dépositaire d’une partie de la science du texte coranique.

     

    (1) Se référer à notre article sur l’ami intime du prophète (PBSL) et le premier calife de l’Islam. >>
    (2) Se référer à notre article sur le deuxième calife de l’Islam >>
    (3) Le terme « Chiite » est également utilisé dans le Coran pour distinguer ceux parmi les hébreux qui restèrent fidèles à Moïse ou ceux qui crurent en la prophétie d’Abraham et de Noé. Ce n’est qu’après la mort du prophète (PBSL) qu’il sera utilisé pour qualifier une branche distincte au sein de l’Islam.
    (4) Se référer à notre article sur le troisième calife de l’Islam. >>
    (5) Se référer à notre article sur l’oncle du prophète de Dieu >>
    (6) Se référer à notre article sur la fille du prophète de Dieu >>

     

                   Page : 1 | 2            Page Suivante

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 4080168
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC